Les sites majeurs de l'axe Aude-Garonne, une approche statistique, économique et monétaire

Résumé : Les données archéologiques relatives au sud-ouest de la Gaule durant la première moitié du IIe s. a.C. apparaissent relativement ténues, et ne permettent que difficilement d'appréhender les mécanismes monétaires. Néanmoins, un système structuré d'échanges prend progressivement forme autour des vallées de l'Aude et de la Garonne. Au coeur de cette conjecture nouvelle, la culture matérielle trahit l'instauration progressive d'un espace cohérent entre le Narbonnais et le Toulousain. D'un point de vue de l'occupation humaine, le IIe s. a.C. représente, là aussi, une période de restructuration territoriale pour le couloir Aude-Garonne. Hormis le cas de Pech-Maho, abandonné vers 200 a.C., plusieurs habitats groupés se développent à partir des années 180-150 a.C. : Vieille-Toulouse (Haute-Garonne), Saint-Roch (Haute-Garonne), Bouriège (Aude), Montlaurès (Aude), Ensérune (Hérault)… Ces sites, ainsi que ceux dont l'activité se poursuit – à savoir Lacoste (Gironde) et Eysses (Lot-et-Garonne) –, servent de point d'ancrage au commerce méditerranéen qui, dorénavant, affecte plus intensément l'intérieur des terres. En ce sens, l'essor quantitatif des importations italiques – et en moindre mesure ibériques – plaide en faveur d'une intégration croissante de l'axe Aude-Garonne dans les circuits commerciaux méditerranéens. Originaires d'Italie, le vin (qui afflue à travers les amphores gréco-italiques) et la vaisselle (notamment les céramiques à vernis noir) originaires d'Italie acquièrent une grande importance parmi les tra-fics marchands. Toutefois, ce n'est qu'à partir de la seconde moitié du IIe s. a.C., et surtout à la fin de ce même siècle, que se développent de manière exponentielle le commerce régional et l'usage de la monnaie, qui s'impose progressivement comme un intermédiaire fondamental aux échanges. Dès lors, de nombreux habitats connaissent un élan urbanistique et démographique sans précédent ; élan dont les sites de hauteur demeurent les principaux bénéficiaires. Ces derniers, de même que les agglomérations de plaine, canalisent la plupart des flux commerciaux et drainent pouvoirs et richesses. La position stratégique qu'occupent ces habitats contribue activement à leur prospérité : tous contrôlent des points de rupture de charge implantés au carrefour de voies de communication terrestres et fluviales. Par leur situation favorable, ces sites constituent des étapes importantes dans la mobilité des hommes et contribuent à l'acheminement des marchandises. En parallèle, il convient de rappeler que la création de la province de Gaule Transalpine marque un profond bouleversement politico-territorial. De fait, Rome met la main sur l'espace compris entre les Alpes, les Pyrénées et le Toulousain, s'assurant ainsi le contrôle d'un territoire à la croisée de domaines culturels divers (italique, ibérique, celtique et aquitain).
Type de document :
Communication dans un congrès
Olmer Fabienne; Roure Réjane. 37e colloque international de l'AFEAF, May 2013, Montpellier, France. Les Gaulois au fil de l'eau, 2, 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [22 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01800486
Contributeur : Eneko Hiriart <>
Soumis le : vendredi 1 juin 2018 - 12:18:50
Dernière modification le : vendredi 14 septembre 2018 - 09:56:09
Document(s) archivé(s) le : dimanche 2 septembre 2018 - 12:52:12

Fichier

HIRIART.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01800486, version 1

Collections

Citation

Eneko Hiriart. Les sites majeurs de l'axe Aude-Garonne, une approche statistique, économique et monétaire. Olmer Fabienne; Roure Réjane. 37e colloque international de l'AFEAF, May 2013, Montpellier, France. Les Gaulois au fil de l'eau, 2, 2015. 〈hal-01800486〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

59

Téléchargements de fichiers

13