“Les monuments des anciennes amours”. Lieux de mémoire et art de l’oubli dans La Nouvelle Héloïse

Résumé : La fiction des Lumières, on le sait, s’est plu à prendre la forme d’épreuves ou d’expériences les plus diverses. La Nouvelle Héloïse, qui fut longtemps lue davantage à partir de son impressionnante postérité du côté du roman sensible qu’en regard des fictions immédiatement antérieures ou contemporaines, n’est pas souvent interrogée de ce point de vue. Nous voudrions indiquer ici que le roman de Rousseau peut pourtant être lu, aussi, comme une fiction expérimentale dont l’objet est, il est vrai, tout à fait singulier dans le paysage fictionnel de la période, puisqu’il s’agit de la mémoire. Véritable diptyque, dont la seconde partie ne cesse de revenir sur le sens et la valeur qu’il convient d’accorder à la première, La Nouvelle Héloïse n’est pas seulement, en effet, un extraordinaire « roman de la rétrospection », comme l’a justement indiqué Georges Poulet , mais une fiction dont l’un des enjeux essentiels est de s’interroger sur la possibilité d’un travail de la mémoire et plus encore sur la mémoire, c’est-à-dire sur la possibilité d’une neutralisation de la mémoire des passions, et sur la manière de concevoir une thérapeutique de l’âme fondée sur un effacement des traces du passé. Le propos est centré autour d’une scène précise, située dans la quatrième partie du roman, et dont Rousseau a voulu qu’elle soit illustrée par une estampe intitulée LES MONUMENS DES ANCIENNES AMOURS
Document type :
Book sections
Liste complète des métadonnées

Cited literature [5 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01760138
Contributor : Christophe Martin <>
Submitted on : Friday, April 6, 2018 - 9:37:34 AM
Last modification on : Thursday, March 21, 2019 - 12:02:53 PM

File

C Martin Monuments des ancienn...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01760138, version 1

Citation

Christophe Martin. “Les monuments des anciennes amours”. Lieux de mémoire et art de l’oubli dans La Nouvelle Héloïse. Danielle Bohler. Le Temps de la mémoire. Le flux, la rupture, l’empreinte, 72, Presses Universitaires de Bordeaux, pp.333-347, 2006, Eidolon, 9782903440725. ⟨hal-01760138⟩

Share

Metrics

Record views

35

Files downloads

114