Des lectures pour tous : les « bouquins » de Béatrice Poncelet

Résumé : Singuliers albums que ceux de Béatrice Poncelet, aux deux sens de l'adjectif : ils peuvent paraître étranges, atypiques, et, dans le même temps, ils composent une oeuvre unique, originale, que l'on reconnaît d'emblée, alors même qu'elle fait appel à toutes les techniques, au point d'afficher, selon le mot de Sophie Van Der Linden, un « non style 1 ». Des albums « hors cadre(s 2) », qui déconcertent, voire découragent celui qui se contente d'un rapide feuilletage, s'interroge sur leur destinataire et les juge d'accès trop difficile pour les enfants. Ces albums inclassables ne présentent pas de personnages identifiables et ne racontent pas vraiment d'histoires. On voit des objets, des décors. On entend des voix, jamais référencées. Texte et image se lient dans un entrelacs aux mailles serrées qui correspond à la définition de l'iconotexte, par Alain Montandon, comme « genre » essentiellement dialogique, qui se tient à l'écart de « ses deux bords externes que sont la légende et l'illustration 3 ». De par sa formation, Béatrice Poncelet apparaît avant tout comme artiste 4 et graphiste ; lorsqu'elle compose un ouvrage, le travail sur les images est premier, mais, dans l'album achevé, le texte s'avère indispensable : sans lui, elles ne sont pas lisibles, de même que, sans images, le texte resterait lettre morte. Ecrit par bribes, et progressivement intégré à l'ensemble plastique et graphique, il n'est pas pour autant subalterne : son emplacement est réservé, inclus dans l'image, à laquelle, par delà les fonctions d'ancrage et de relais définies par Barthes, il sert de révélateur ; de plus, il comporte lui-même, par les choix de mise en page et de typographie, une forte part d'iconicité. Pour évoquer la singularité de ce que Poncelet elle-même appelle, de façon un peu expéditive, ses « bouquins », je m'attacherai successivement aux voix entendues et aux objets montrés, avant de souligner comment, alors que la complexité de l'oeuvre captive le lecteur adulte, Poncelet se pose toujours la question du jeune lecteur, et justifie son inscription dans le champ de la littérature de jeunesse. Il s'agit, en somme, de montrer en quoi ces albums sont des lectures pour tous.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Christiane Connan-Pintado, Florence Gaiotti, Bernadette Poulou. L’album contemporain pour la jeunesse ; nouvelles formes, nouveaux lecteurs ?, Collection "Modernités" (28), Presses universitaires de Bordeaux, pp.173-186, 2009, L’album contemporain pour la jeunesse ; nouvelles formes, nouveaux lecteurs ?, 978-2867815362. 〈www.pub-éditions.fr〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01727135
Contributeur : Christiane Connan-Pintado <>
Soumis le : jeudi 8 mars 2018 - 19:05:38
Dernière modification le : mardi 13 mars 2018 - 01:20:43
Document(s) archivé(s) le : samedi 9 juin 2018 - 16:29:47

Fichiers

article connan-pintado.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01727135, version 1

Collections

Citation

Christiane Connan-Pintado. Des lectures pour tous : les « bouquins » de Béatrice Poncelet. Christiane Connan-Pintado, Florence Gaiotti, Bernadette Poulou. L’album contemporain pour la jeunesse ; nouvelles formes, nouveaux lecteurs ?, Collection "Modernités" (28), Presses universitaires de Bordeaux, pp.173-186, 2009, L’album contemporain pour la jeunesse ; nouvelles formes, nouveaux lecteurs ?, 978-2867815362. 〈www.pub-éditions.fr〉. 〈hal-01727135〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

45

Téléchargements de fichiers

28