Contraindre les taux d’incision des vallées depuis le Miocène ancien : nouveautés, potentialités et limites

Résumé : Le soulèvement tectonique des chaînes de montagnes actives contrôle a priori les rythmes et les taux d’incision des vallées fluviales, lesquels sont à leur tour modulés par les changements cli-matiques répétés du Quaternaire. Une option pour contraindre les mouvements verticaux à long terme est de quantifier les taux d’incision par le biais de marqueurs géométriques passifs du soulèvement tels que les terrasses alluviales. Cependant, selon les contextes géo-morphologiques, il n’est pas toujours possible de contraindre les mouvements verticaux de la lithosphère à partir de tels marqueurs. Dans les massifs calcaires les réseaux karstiques peuvent constituer une alternative : ils offrent en effet l’opportunité de déterminer à partir de la concentration en cosmonucléides produits in situ dans les quartz la durée d’enfouissement d’alluvions fluviatiles produits par la partie amont des bassins versants et piégés à la traversée des chaînons calcaires périphériques. En effet, au fur et à mesure de l’encaissement de la vallée, différentes générations de conduits épinoyés horizontaux se mettent en place, les réseaux plus récents se formant en-dessous des générations précédentes (e.g. Palmer, 2007 ; Audra et al., 2013). Ces galeries étagées enregistrent les paléoaltitudes des paléoniveaux de base locaux. Dès lors qu’elles piègent des alluvions fluviatiles, les galeries épinoyés sont assimilables à des niveaux de terrasses alluviales étagées que l’on peut dater par diverses méthodes (e.g. Granger et al., 2001 ; Stock et al., 2004 ; Häuselmann et al., 2007). Cependant, la densité de paléodrains sub-horizontaux sur une tranche altimétrique (relati-vement à la précision des techniques de datations), le contexte géodynamique, voire paléoclimatique, les réorganisations des réseaux de drainage, peuvent engendrer des histoires de remplissages des réseaux plus complexes qu’escomptées. De ce fait, contraindre justement et précisément l’âge d’un dépôt peut s’avérer infructueux. Les résultats de croisements inter-méthodes (26Al/10Be, 10Be/21Ne et Résonance paramagné-tique électronique) sur des alluvions intrakarstiques des vallées de l’Ariège et de la Têt (Pyrénées centrales et orientales) seront présentés. Le couple de nucléides cosmogéniques 26Al – 10Be permet de déterminer des durées d’enfouissement comprises entre 200 ka et 5,5 Ma. L’utilisation du 21Ne permet de repousser cette limite temporelle au delà de 10 Ma. Les résultats présentés ici sont parmi les premières déterminations de durées d’enfouissement antérieures au Miocène récent et permettent de caractériser le creusement des vallées sur le long terme (16 Ma) dans des conditions particulières. Les sédiments prélevés ont également permis de mettre en évidence des histoires de dépôts complexes, notamment par un croisement avec la RPE, sans pour autant les expliciter totalement. Nous discuterons également de la validité de cette application en contexte montagneux. Remerciements : ces travaux sont intégralement financés par le BRGM dans le cadre du programme du Référentiel géologique de la France – chantier Pyrénées.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01720853
Contributor : Amandine Sartégou <>
Submitted on : Tuesday, March 6, 2018 - 6:08:54 PM
Last modification on : Thursday, December 19, 2019 - 1:19:48 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01720853, version 1

Citation

Amandine Sartégou, Regis Braucher, Pierre-Henri Blard, D.L. Bourles, Marc Calvet, et al.. Contraindre les taux d’incision des vallées depuis le Miocène ancien : nouveautés, potentialités et limites. 25ème Réunion des Sciences de la Terre, Oct 2016, Caen, France. ⟨hal-01720853⟩

Share

Metrics

Record views

393

Files downloads

59