« Proust et Larbaud »

Résumé : «Ce qui rapproche, ce n’est pas la communauté des opinions, c’est la consanguinité des esprits», explique Proust. «Un académicien du genre Legouvé et qui serait partisan des classiques, eût applaudi plus volontiers à l’éloge de Victor Hugo par Maxime du Camp ou Mézières, qu’à celui de Boileau par Claudel». Cette consanguinité des esprits rend plus frappante encore l’étonnante discordance que font entendre les oeuvres de Proust et de Larbaud dès qu’on les rapporte à la question de l’amour. Tout se résume en une question : pourquoi les amants proustiens donnent-ils à ce point l’impression de la monstruosité alors qu’ils apparaissent si humains dans l’œuvre de Larbaud ? La réponse a la force de l’évidence : les amants proustiens sont des héros de la transgression ; ceux de Larbaud font l’essai de leurs forces et l’épreuve de leurs limites. Chez Proust, l’amour congédie radicalement le souci de soi ; toute l’œuvre de Larbaud se nourrit au contraire du dialogue et du conflit entre l’amour et l’égotisme. La divergence n’est pas thématique ; elle implique une éthique, une vision du monde. Elle engendre deux esthétiques romanesques exemplairement opposées, c’est-à-dire en tout point comparables.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01694529
Contributor : Stephane Chaudier <>
Submitted on : Saturday, January 27, 2018 - 6:07:54 PM
Last modification on : Tuesday, July 3, 2018 - 11:35:11 AM
Long-term archiving on : Friday, May 25, 2018 - 11:26:32 AM

File

53. Proust et Larbaud, HAL com...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01694529, version 1

Collections

Citation

Stéphane Chaudier. « Proust et Larbaud ». Cahiers des amis de Valery Larbaud, 2003, éditions des Cendres (nouvelle série n° 3), p. 199-205. ⟨hal-01694529⟩

Share

Metrics

Record views

62

Files downloads

55