« Proust et Boylesve : enfances entre deux siècles »

Résumé : Le majeur et le mineur. Cette hiérarchie n'est pas un anachronisme. Elle forme l'arrière-plan sur le fond duquel s'écrit la correspondance entre Boylesve et Proust, malgré politesses et déclarations d'amitié. La liberté que l'écrivain s'accorde est, Boylesve le reconnaît, le propre de l'écrivain majeur. C'est pourquoi, en Proust, Boylesve découvre un écrivain appelé à devenir pour ses confrères une pierre de touche, le véritable étalon du génie, celui qui s'autorise tout. Les accomplissements littéraires de La Recherche renvoient ainsi les autres oeuvres à leurs propres limites, c'est-à-dire, in fine, à celles de leurs auteurs. Quant à Boylesve, Proust l'exécute ainsi : c'est «quelqu'un de très doué à qui il manque beaucoup» déclare-t-il à la princesse de Caraman-Chimay, dans une lettre datée du 20 juillet 1907. Récits d'enfance où l'écrivain a mis beaucoup de lui-même, La Becquée et L'Enfant à la balustrade (1901 et 1903) sont les oeuvres de Boylesve que Proust préfère. Comme «Combray», ce sont des romans à la première personne non autobiographiques. Entre ces récits et «Combray», on trouve bien des parentés. Mais n'est-ce pas les différences qu'il importe surtout de relever ? À quoi tiennent-elles ?
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01694429
Contributor : Stephane Chaudier <>
Submitted on : Saturday, January 27, 2018 - 3:39:05 PM
Last modification on : Tuesday, July 3, 2018 - 11:35:05 AM
Long-term archiving on : Friday, May 25, 2018 - 3:49:27 PM

File

51. Proust et Boylesve.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01694429, version 1

Collections

Citation

Stéphane Chaudier. « Proust et Boylesve : enfances entre deux siècles ». Proust au tournant des siècles, éditions Minard-Lettres modernes, p. 133-144, 2004. ⟨hal-01694429⟩

Share

Metrics

Record views

26

Files downloads

58