Le scepticisme « raisonnable » ou le matérialisme athée de D'Alembert à l'aune de la question de la liberté

Résumé : D'Alembert, à l'instar des encyclopédistes et des philosophes des Lumières, est loin d'être un chantre du progrès. Il est, c'est la thèse que nous voulons soutenir ici, un philosophe qui prend le masque d'un philosophe sceptique proche de Hume, mais qui s'avère être un matérialiste athée. Nous voudrions mesurer son scepticisme « raisonnable » à la manière dont il discute dans plusieurs textes la question de la liberté. Nous proposons d'analyser sa problématique de la liberté dans les Éléments de philosophie, dans un éclaircissement inédit sur la liberté, dans sa correspondance avec Frédéric II de Prusse et enfin dans trois articles de l'Encyclopédie. ABSTRACT. — As the encyclopedists and the Enligtenment's philosophers, D'Alembert is all but a supporter of progress. He is, this is the point we want to argue, a philosopher who introduces himself as a sceptic near Hume, but who is in in fact an atheist materi-alist. Our purpose is to study the question of the liberty in D'Alembert's several texts : in Éléments de philosophie, in an unpublished explanation on liberty, in some letters from D'Alembert to Frederick II and in Encyclopédie's articles. D'Alembert, à l'instar des encyclopédistes et des philosophes des Lumières, est loin d'être un chantre du progrès 1 , il est, c'est la thèse que nous voulons soutenir ici, un philosophe qui prend le masque d'un philosophe sceptique proche de Hume, mais qui s'avère être un matérialiste athée. Nous voudrions mesurer son scepticisme « raisonnable » à la manière dont il discute dans plusieurs textes la question de la liberté. Nous proposons d'analyser sa problématique de la liberté dans les Éléments de philosophie, dans un éclaircissement inédit sur la liberté, dans sa correspondance avec Frédéric II de Prusse et enfin dans trois articles de l'Encyclopédie. Dans le chapitre VII des Éléments de philosophie, D'Alembert réduit l'idée de liberté à une idée toute négative, c'est « celle d'un pouvoir qui ne s'exerce pas 1. Nous avons consacré un article à dénoncer la lecture biaisée qui fait des encyclopédistes des rationalistes à tout crin, voire initiateurs, pour certains philosophes de l'école de Francfort, du totalitarisme : Véronique LE RU, « Le scepticisme dans l'Encyclopédie de Diderot et de D'Alembert », Revue de Métaphysique et de Morale, n o 1/2010.
Type de document :
Article dans une revue
Revue de Métaphysique et de Morale, Presses Universitaires de France, 2017
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01688743
Contributeur : Véronique Le Ru <>
Soumis le : vendredi 19 janvier 2018 - 16:25:08
Dernière modification le : mardi 23 janvier 2018 - 01:23:30
Document(s) archivé(s) le : jeudi 24 mai 2018 - 08:33:01

Fichier

LeRu_texte.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01688743, version 1

Collections

Citation

Véronique Le Ru. Le scepticisme « raisonnable » ou le matérialisme athée de D'Alembert à l'aune de la question de la liberté. Revue de Métaphysique et de Morale, Presses Universitaires de France, 2017. 〈hal-01688743〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

59

Téléchargements de fichiers

27