« Proust et la syllepse vive »

Résumé : Plus encore que la métaphore, la syllepse dépend de l'énoncé lexicographique. Il la précède, la rend possible. Engagé en discours, un signifiant articule deux signifiés tous deux attestés en langue. Séparés, distincts, hiérarchisés par le dictionnaire, ils sont confondus, simultanés en discours. Comprendre l'énoncé implique alors un travail de remise en ordre : en cela, la syllepse est une figure éminemment grammairienne. Pour être reçue, elle implique un destinataire apte à mobiliser une compétence lexicographique. Il n'est certes pas de jeu qui ne fasse référence à la règle qui le permet. Mais plus qu'un autre dispositif, peut-être, la syllepse est simultanément événement stylistique et mise en oeuvre d'une opération métalinguistique. Or la coexistence de ces deux dimensions de la figure ne va pas de soi. La syllepse proustienne, une figure précieuse ou... laborieuse ?
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01683880
Contributor : Stephane Chaudier <>
Submitted on : Sunday, January 14, 2018 - 10:35:33 PM
Last modification on : Tuesday, July 3, 2018 - 11:35:15 AM
Long-term archiving on : Saturday, May 5, 2018 - 8:01:35 PM

File

36. Proust, syllepse, HAL comp...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01683880, version 1

Collections

Citation

Stéphane Chaudier. « Proust et la syllepse vive ». Yannick Chevalier et Philippe Wahl (dir.). La Syllepse, figure stylistique, Presses Universitaires de Lyon, p. 421-430, 2006. ⟨hal-01683880⟩

Share

Metrics

Record views

141

Files downloads

91