La ville verticale, abstraction concrète

Résumé : S’élever pour ré-embrasser la ville que l’on croyait perdue : de la perspective visuelle à la projection urbaine, de l’abstraction à l’utopie, la ville verticale stimule un imaginaire prolifique dont le monde de l’urbanisme s’est largement emparé. L’article revient sur trois moments clés des mutations de Paris et New York, qui marquent un parallélisme entre agrandissement métropolitain et verticalisation urbaine : l’entre-deux-guerres avec la naissance de la métropole moderne, les années 1960-70 avec l’expansion mégalopolitaine, le tournant de l’an 2000 avec l’avènement de la ville globale. S’intéresser à la dimension imaginaire de la ville verticale telle qu’elle se manifeste au cours de ces trois temps nous semble fécond à la fois pour comprendre les ressorts de cette forme d’urbanisation, expliquer sa persistance, son renouvellement, sa sédimentation, et saisir la nature des conflits qui animent ses controverses. Des énoncés structurants apparaissent : la projection du futur, l’utopie de la mégastructure, le miroir iconique. À Paris ou New York, la ville verticale s’affirme comme un alter ego qui permet aux villes de s’extérioriser comme scène, optimiste ou sombre, de leur futur.
Type de document :
Article dans une revue
Géographie et cultures, L'Harmattan, 2017, Imaginaires de la vi(ll)e en hauteur, 102, pp.15-38
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01672365
Contributeur : Nathalie Roseau <>
Soumis le : dimanche 24 décembre 2017 - 17:10:37
Dernière modification le : vendredi 14 décembre 2018 - 01:14:11

Identifiants

  • HAL Id : hal-01672365, version 1

Collections

Citation

Nathalie Roseau. La ville verticale, abstraction concrète. Géographie et cultures, L'Harmattan, 2017, Imaginaires de la vi(ll)e en hauteur, 102, pp.15-38. 〈hal-01672365〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

136