Modèles de décision intertemporels et temps subjectivement perçu

Résumé : Dans la plupart des disciplines, la nature du temps a suscité d’âpres débats entre les tenants d’un temps linéaire objectivé et les partisans d’un temps subjectivement perçu par les individus. De manière surprenante, l’économie est une des rares disciplines où la nature du temps n’a guère éveillé l’intérêt des chercheurs. Cela s’explique par l’omniprésence d’une hypothèse implicite que nous appelons « temps linéaire ». Cette hypothèse est, selon nous, source de blocages dans le développement de la théorie de la décision. Elle empêche d’une part de conférer à l’actualisation une base comportementale solide et restreint, d’autre part, la rationalité, incarnée par la cohérence temporelle, à l’actualisation exponentielle. Nous montrons que l’introduction d’un temps subjectivement perçu par les agents économiques, par l’intermédiaire d’un concept appelé « distance temporelle », permet de lever ces deux blocages et offre une interprétation nouvelle à un ensemble de situations de choix intertemporels.
Mots-clés : [Pas de mot-clé]
Type de document :
Article dans une revue
Œconomia - History/Methodology/Philosophy, NecPlus/Association Œconomia, 2017, 7, pp.201-217
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01670063
Contributeur : Economix Parisnanterre <>
Soumis le : jeudi 21 décembre 2017 - 09:37:07
Dernière modification le : mardi 23 janvier 2018 - 12:58:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-01670063, version 1

Collections

Citation

André Lapied, Olivier Renault. Modèles de décision intertemporels et temps subjectivement perçu. Œconomia - History/Methodology/Philosophy, NecPlus/Association Œconomia, 2017, 7, pp.201-217. 〈hal-01670063〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

50