Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Montée de l’islamisme radical et banlieues populaires

Résumé : L'Islam en France est une religion relativement récente dans sa version populaire. On trouve une présence musulmane quasiment en continu dans notre pays mais c'est suite à la colonisation, et notamment celle de l'Algérie au 19 ème siècle, puis au sacrifice important des soldats « musulmans » lors de la 1 ère guerre mondiale, que fut construite, sous financement publique, ce qui est une exception à la loi de 1905, la Grande Mosquée de Paris à partir de 1922. Cette construction est surtout symbolique car à l'époque, l'Islam reste très peu pratiqué en France. Il faudra attendre 1962 et l'indépendance de l'Algérie, puis le recours à l'immigration de travail pour qu'une population de confession musulmane arrive en France, important sa religion et ses coutumes et construisant quelques lieux de cultes. L'islam de France à l'époque n'est pas considéré comme un sujet politique ou social et quelques petites mosquées ou salles de prière se construisent sans que cela ne soulève de mécontentements autres que localement. Les populations de confession musulmane étant toutefois majoritairement des ouvriers ou des employés, elles se logent dans les grands ensembles urbains, qui sont aujourd'hui pour beaucoup des Zones Urbaines Sensibles ou des quartiers « politique de la ville ». Un sujet qui émerge dans les années 1980 Le problème des banlieues et de l'islam est étudié dès 1987 par Gilles Kepel qui décrit dans son ouvrage « les banlieues de l'Islam », une population jusqu'à lors peu étudiée, répartie dans 635 associations culturelles et un millier de lieux de prière sur tout le territoire. Il note à l'époque que le Tabligh, une association prosélyte et radicale, joue un rôle important dans le développement d'un certain fondamentalisme. Dès 1989, deux jeunes filles refusent d'enlever leur voile dans un collège à Creil dans l'Oise, les cas vont se multiplier et devenir médiatiques jusqu'à étaler l'islam et sa pratique sur la place publique. Cette affaire du voile révèle une véritable crispation et les débats de l'époque ne permettent pas de trouver une véritable solution qui puisse satisfaire les différentes parties. Des voix s'élèvent pour dénoncer l'influence du principal mouvement d'islamisme politique venu d'Egypte : les Frères Musulmans qui cherchent à islamiser la société « par le bas », contrairement à d'autres mouvements, plus révolutionnaires, qui cherchent à imiter la révolution iranienne dans certains pays. Dès 1992 commence d'ailleurs à émerger médiatiquement le petit-fils du fondateur des Frères Musulmans défend en effet le port du voile à l'école : il s'agit de Tarik Ramadan. Dans le même temps, à partir de 1992, l'Algérie est en proie à une guerre civile entre les islamistes vainqueurs des législatives (qui seront annulées) et le pouvoir issu du FLN qui s'en remet à l'armée. Des attentats ravagent l'Algérie et l'islam se radicalise des deux côtés de la Méditerranée, c'est la figure du lyonnais Khaled Kelkal, membre d'un réseau qui commet plusieurs attentats en 1995 dont celui du RER B à Paris qui causera la mort de 8 personnes qui marquera cette époque où le terrorisme islamiste essaiera de s'importer en France. La montée des revendications communautaires dans les quartiers
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01629934
Contributor : Arnaud Lacheret <>
Submitted on : Tuesday, November 7, 2017 - 6:18:23 AM
Last modification on : Saturday, August 1, 2020 - 3:07:16 AM
Long-term archiving on: : Thursday, February 8, 2018 - 12:15:00 PM

Files

20170718 Islamisme et banlieue...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01629934, version 1

Collections

CNRS | UGA | PACTE

Citation

Arnaud Lacheret. Montée de l’islamisme radical et banlieues populaires. Radicalités - La ville. Concours commun d'entrée en 1re année d'IEP/Sciences Po , 2017, 9782340020368. ⟨hal-01629934⟩

Share

Metrics

Record views

242

Files downloads

1575