Cartographie(s) de la mondialisation : l’évolution du regard des manuels scolaires en France (1989-2011)

Sylvain Genevois 1
1 ICARE - Institut Coopératif Austral de Recherche en Éducation
LCF - Langues, textes et communications dans les espaces créolophones et francophones
Abstract : La mondialisation constitue un nouvel objet d’enseignement, introduit explicitement dans les programmes de collège et de lycée français en 2002 et surtout en 2008. Transposée de la géographie savante, la mondialisation est une notion polysémique voire polémique, qui fait l’objet en tout cas de débats et de controverses (y compris parmi les géographes). C’est une « question socialement vive » (Simonneaux, Legardez, 2006) qui renvoie fondamentalement à la question du politique : quelle gouvernance à l’échelle mondiale ? C’est aussi un processus en cours, difficile à cartographier dans sa complexité et dans ses différentes échelles. La mondialisation court enfin le risque de devenir un concept « attrape-tout » dans la géographie enseignée qui, tout en survalorisant l’étude des phénomènes à l’échelle mondiale, peine souvent à donner sens au monde (Clerc, 2005). Les manuels scolaires ont fait l’objet de nombreuses recherches en France et à l’étranger, à la fois du point de vue de leur conception et de leurs usages, en lien avec les instructions officielles, avec les théories de l’apprentissage, avec les choix éditoriaux, disciplinaires ou didactiques, ou encore pour appréhender l’histoire d’une discipline ou saisir les valeurs socio-culturelles d’une époque (Lebrun, 2007). Les manuels scolaires occupent une place éminente dans la production et la circulation des savoirs scolaires. Destiné à « être vu plu qu’à être lu » (Le Roux, 2005), le manuel scolaire constitue un objet en pleine transformation avec le développement des manuels numériques. Les cartes proposées dans les manuels ne sont pas les seules à être utilisées en classe ; leur étude a priori ne préjuge pas de leurs usages réels par les enseignants et les élèves. Ces cartes, parfois reproduites d’un niveau à l’autre, voire d’un manuel à l’autre, donnent malgré tout une orientation, traduisent une vision du monde. Elles sont donc une forme de vulgate pour des générations d’élèves. En tant qu’outil de conceptualisation du monde (Niclot, 2002), la carte participe à la construction d’un point de vue sur le monde Nous proposons de conduire une étude exploratoire à partir d’un corpus de 21 manuels scolaires (14 au niveau lycée – 7 au niveau collège) pour la période 1989-2011. Le choix des limites chronologiques pour conduire cette étude correspond à un cycle important pour la géographie scolaire française : la date de 1989 correspond à l’introduction de « nouveaux » programmes de géographie marquant le début d’une évolution vers une géographie plus sociale et consacrant l’étude du « système-monde ». La date de 2011 constitue l’aboutissement d’un cycle où les territoires, les acteurs et les enjeux de la mondialisation sont étudiés en classe de Quatrième et de Première. Cette étude comparative vise à mesurer des évolutions et à faire réfléchir aux usages scolaires de la carte en géographie. Pour conduire ce travail exploratoire, nous avons construit une grille d’analyse répondant principalement aux trois questions suivantes : 1- Quels types de cartes ? (place dans le manuel, formes cartographiques - cartes thématiques, croquis, schémas, anamorphoses…- types de projections, sources, mises en activité autour de la carte) ; 2- Quels thèmes et quelles notions sont cartographiés, ou non ? (système-monde, Triade, fracture Nord/Sud, approche économique, financière, politique, culturelle) ; 3- Quelle(s) vision(s) de la mondialisation et du monde ? (uniformisation / différenciation, réseaux / territoires, un ou plusieurs modèles de lecture du monde ?) Les résultats de cette étude permettent de montrer que la mondialisation ne constitue pas encore vraiment un concept opératoire, qu’il s’agit plutôt d’un cadre général d’analyse. De plus en plus nombreuses et diversifiées, les cartes figurant la mondialisation se transforment en support d’activités pour les élèves (en suivant par exemple la fabrication, le transport et la distribution de tel ou tel produit mondialisé). Pour autant cette production scolaire peine encore à sortir de « l’imagement du monde » et à référer à des grilles de lecture reposant sur des concepts clés de la géographie.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Marc-André Éthier; Éric Mottet. Didactiques de l'histoire, de la géographie et de l'éducation à la citoyenneté. Recherches et pratiques., De Boeck supérieur, pp.139-155, 2016, Perspectives en éducation et formation, 9782807301757. 〈http://www.deboecksuperieur.com/ouvrage/9782807301757-didactiques-de-lhistoire-de-la-geographie-et-de-leducation-la-citoyennete〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01628327
Contributeur : Sylvain Genevois <>
Soumis le : vendredi 3 novembre 2017 - 11:38:25
Dernière modification le : mercredi 24 octobre 2018 - 07:24:01

Identifiants

  • HAL Id : hal-01628327, version 1

Collections

Citation

Sylvain Genevois. Cartographie(s) de la mondialisation : l’évolution du regard des manuels scolaires en France (1989-2011) . Marc-André Éthier; Éric Mottet. Didactiques de l'histoire, de la géographie et de l'éducation à la citoyenneté. Recherches et pratiques., De Boeck supérieur, pp.139-155, 2016, Perspectives en éducation et formation, 9782807301757. 〈http://www.deboecksuperieur.com/ouvrage/9782807301757-didactiques-de-lhistoire-de-la-geographie-et-de-leducation-la-citoyennete〉. 〈hal-01628327〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

176