Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique

Résumé : À partir de résultats d’une enquête ethnographique à Roubaix, l’article propose une réflexion autour du concept de centralité populaire. L’analyse montre qu’en tant que territoire « périphérique » (au sens de territoire désindustrialisé et de relégation), Roubaix devient « central » pour les classes populaires par l’accès au logement et les activités économiques qu’il supporte. Il constitue un nœud de réseaux économiques et sociaux partiellement autonomisés du salariat et du marché. Ces pratiques quotidiennes des classes populaires permettent leur requalification matérielle et symbolique. Pour autant, la centralité populaire est aussi un espace fragmenté, traversé par des logiques de réputation sociale et de prestige, par des rapports de genre et de race.
Type de document :
Article dans une revue
SociologieS, Toulouse : Association internationale des sociologues de langue française, 2016, 〈http://journals.openedition.org/sociologies/5534 〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01619108
Contributeur : Yoan Miot <>
Soumis le : jeudi 19 octobre 2017 - 09:40:06
Dernière modification le : jeudi 28 juin 2018 - 16:33:24

Identifiants

  • HAL Id : hal-01619108, version 1

Collections

Citation

Collectif Rosa Bonheur, Yoan Miot. Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique. SociologieS, Toulouse : Association internationale des sociologues de langue française, 2016, 〈http://journals.openedition.org/sociologies/5534 〉. 〈hal-01619108〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

127