Skip to Main content Skip to Navigation

Conjoints et pouvoir en migration : quelles convocations de la situation migratoire face à l'autre ?

Résumé : Le fait migratoire introduit des changements de différents ordres - matériels, normatifs et symboliques - appelant à des modifications de l'organisation des membres de la famille et de leurs rapports de pouvoir auxquels celle-ci, en tant que cellule chargée d'affect, n'échappe pas. Au sein du groupe familial, les conjoints voient les modalités de leur couple redessinées à travers la remise en jeu de leurs ressources par la nouvelle donne migratoire. En effet, la migration agit sur la disposition des ressources détenues par chacun(e) : en en produisant de nouvelles ou au contraire en en annulant, ou en modifiant, voire en inversant, les effets qu'exerçaient certaines ressources au sein du pays d'émigration en termes d'acquisition, ou non, d'espaces de décision (Parrado, Flippen et McQuiston, 2005). Si l'âge, le niveau d'éducation ou l'exercice d'un emploi sont autant de ressources possibles et mobilisables, qu'en est-il de la situation migratoire elle-même ? Comment peut-elle être convoquée par chacun(e) des conjoints en vue de peser face à l'autre ? En envisageant la migration comme une ressource à part entière, sollicitée par les individus pour accroître leur pouvoir d'agir au sein de la vie conjugale, cette communication vise à mettre en évidence les stratégies individuelles mises en place et à aborder les rapports de pouvoir qui les sous-tendent. Les résultats d'une enquête basée sur une quarantaine d'entretiens biographiques conduits auprès de femmes émigrées d'Afrique de l'Ouest et centrale résidant en France, permettront d'identifier différents modes de mobilisation de la situation migratoire par les migrantes elles-mêmes ou par leur conjoint. La migration apparaît alors être mobilisée sous trois formes : comme lieu d'un projet alternatif opposé à une situation conjugale vécue comme insatisfaisante par les migrantes dans le pays d'origine ; comme lieu d'une dette administrative imposée par le conjoint à celle qu'il a fait venir en France, dans les cas de regroupement familial ; et enfin, comme lieu d'un cadre normatif nouveau, avec d'autres "règles du jeu" alors invoquées par les migrantes pour refuser des pratiques conjugales n'ayant plus lieu d'être à distance du pays d'origine. Nous verrons que ces stratégies prennent place dans une configuration des pouvoirs mouvante, car rejouée en contexte migratoire et dépendante de variables déterminantes telles que le sexe (et, le genre), l'âge ou le statut juridique en pays d'immigration. Elles révèlent aussi les enjeux sous-jacents au couple en migration, entre élaboration de nouveaux repères et gains d'autonomie, laquelle se joue pour les femmes de manière singulière.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01598899
Contributor : Nadia Mounchit <>
Submitted on : Saturday, September 30, 2017 - 11:38:21 AM
Last modification on : Wednesday, November 20, 2019 - 2:37:51 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01598899, version 1

Citation

Nadia Mounchit. Conjoints et pouvoir en migration : quelles convocations de la situation migratoire face à l'autre ?. 7ème Congrès de l'AFS, Jul 2017, Amiens, France. ⟨hal-01598899⟩

Share

Metrics

Record views

130