La métaphore de la "beste" : une figure argumentative des traités de peste de la Renaissance

Véronique Montagne 1
1 BCL, équipe Linguistique de l’énonciation
BCL - Bases, Corpus, Langage (UMR 7320 - UNS / CNRS)
Résumé : Les figures de l’elocutio sont en nombre significatif dans les traités de peste en langue vernaculaire parus pendant la Renaissance, plus précisément durant la période comprise entre 1540 et 1630, laquelle est caractérisée par l’essor des vernaculaires. Dans ces textes à vocation «scientifique» (ou «pré-scientifique») – qui ne sont donc pas des régimes de santé, mais des ouvrages qui tentent de décrire la peste et d’en expliquer le mode de propagation, avant d’en venir aux parties prophylactique et thérapeutique –, foisonnent ainsi (notamment) l’hypallage, l’énallage, la métonymie, l’hypotypose, la métalepse, la comparaison, l’analogie et surtout la métaphore : «surtout», parce que les métaphores y sont relativement nombreuses et parce qu’elles apparaissent souvent à un endroit-clef du discours scientifique, en l’occurrence au moment de la définition de l’objet traité. Ceci témoigne de leur importance dans le développement, cette étape initiale, fondatrice, étant traditionnellement (c’est-à-dire depuis Galien) considérée comme essentielle dans un développement organisé et rationnel.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Métaphore et argumentation, pp.319-334, 2017, Au coeur des textes, 978-2-8061-0356-7
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01581014
Contributeur : Veronique Montagne <>
Soumis le : lundi 4 septembre 2017 - 10:04:31
Dernière modification le : jeudi 7 septembre 2017 - 01:10:15

Identifiants

  • HAL Id : hal-01581014, version 1

Collections

Citation

Véronique Montagne. La métaphore de la "beste" : une figure argumentative des traités de peste de la Renaissance . Métaphore et argumentation, pp.319-334, 2017, Au coeur des textes, 978-2-8061-0356-7. 〈hal-01581014〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

11