Réprimer les sites «pro-anorexie» : une fausse bonne idée

Antonio Casilli 1, 2 Paola Tubaro 3, 4
3 TAU - TAckling the Underspecified
LRI - Laboratoire de Recherche en Informatique, UP11 - Université Paris-Sud - Paris 11, Inria Saclay - Ile de France, CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique : UMR8623
Résumé : Autrefois considérées comme des maladies « rares », l'anorexie mentale, la boulimie, les compulsions et les autres troubles des conduites alimentaires touchent environ 600,000 personnes en France, selon les estimations de l'association Afdas-TCA. Autrement dit, chacun d'entre nous connaît en moyenne une ou deux personnes affectées. Si la France dispose de centres spécialisés de renommée internationale, les personnels soignants et les associations de malades et familles demandent depuis longtemps une amélioration de l'offre de soins, qui reste insuffisante surtout en milieu rural. Par-delà la dénonciation des déserts médicaux, le système actuel manque de dispositifs pour le dépistage précoce, et peine à assurer un accompagnement au quotidien à la sortie des phases les plus aiguës.
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01577074
Contributeur : Paola Tubaro <>
Soumis le : lundi 27 novembre 2017 - 09:27:05
Dernière modification le : samedi 23 février 2019 - 17:26:02

Fichier

CT_Tribune_Libération_2017.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01577074, version 1

Relations

Citation

Antonio Casilli, Paola Tubaro. Réprimer les sites «pro-anorexie» : une fausse bonne idée . Libération, SARL Libération, 2017, pp.1-2. 〈http://www.liberation.fr/debats/2017/02/02/reprimer-les-sites-pro-anorexie-une-fausse-bonne-idee_1545877〉. 〈hal-01577074〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

672

Téléchargements de fichiers

290