Googliser, c’est polluer ? La difficile émergence d’acteurs au service de la transition bas carbone sur le marché des moteurs de recherche

Résumé : Faire des recherches en ligne qui soient respectueuses de l’environnement, telle est la proposition de valeur des moteurs de recherche écologiques. Notre étude met en évidence deux modèles distincts : certains acteurs promettent de réduire directement la consommation d’énergie et l’émission de CO2 grâce à une technologie plus performante, tandis que d’autres proposent de compenser les émissions de CO2 dues aux recherches en soutenant les associations de reforestation ou en achetant des Crédits Carbone. Nous montrons que la multiplication des initiatives et les enjeux de légitimité ont rendu les débuts difficiles. La maîtrise des effets de réseau et la capacité à légitimer un positionnement écologique vis-à-vis des partenaires et des utilisateurs s’imposent comme les facteurs clés de réussite de ces initiatives.
Type de document :
Article dans une revue
Entreprises et Histoire, Eska, 2017, Entreprises et changement climatique, 86 (1), pp.125-139. 〈10.3917/eh.086.0125〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01567958
Contributeur : Centre de Recherche En Gestion Crg <>
Soumis le : lundi 24 juillet 2017 - 16:41:19
Dernière modification le : lundi 12 novembre 2018 - 18:47:32

Identifiants

Citation

Julie Bastianutti, Cécile Chamaret. Googliser, c’est polluer ? La difficile émergence d’acteurs au service de la transition bas carbone sur le marché des moteurs de recherche. Entreprises et Histoire, Eska, 2017, Entreprises et changement climatique, 86 (1), pp.125-139. 〈10.3917/eh.086.0125〉. 〈hal-01567958〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

141