Le pouvoir de la nuit : Nouveaux hygiénismes et capitalisme vert

Abstract : La critique des lumières de la ville conduit-elle à la critique du capitalisme ? Relativement récente, la notion de "pollution lumineuse" s'est aujourd'hui diffusée auprès d'un large public sans pourtant n'avoir jamais été le thème central des grandes luttes environnementales ou politiques. D'ailleurs, de plus en plus de municipalités mettent désormais en œuvre des politiques d’extinction d’éclairage public durant toute ou partie de la nuit, sans pour autant rencontrer de fortes oppositions ni résistances des habitants. Considérant que l'éclairage urbain constitue un symbole fort de la Modernité et de l'imaginaire du Progrès, peut-on voir dans ces tentatives de retours presque apaisés à la nuit "noire" les signaux faibles et discrets d'une rupture socioculturelle, économique et politique pour les sociétés concernées ? La piste d'un capitalisme vert stimulé par les innovations techniques dans le domaine de l'éclairage et des "smart cities" prolonge, au contraire, les usages fonctionnalistes de la lumière qui s'affirment au 19e siècle dans la ville "moderne" autour du triptyque : sécurité, salubrité, esthétisme.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01564049
Contributor : Samuel Challéat <>
Submitted on : Tuesday, July 18, 2017 - 2:46:44 PM
Last modification on : Tuesday, September 17, 2019 - 12:14:01 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01564049, version 1

Collections

Citation

Rémi Bénos, Samuel Challéat. Le pouvoir de la nuit : Nouveaux hygiénismes et capitalisme vert. Expériences de l’anticapitalisme II. Ontologies et épistémologies, École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), May 2017, Paris, France. ⟨hal-01564049⟩

Share

Metrics

Record views

224