"Une minute de plus, et Michel était parti", une construction coordonnée ? Ça dépend vraiment du point de vue

Résumé : Les structures corrélatives non marquées du type « Une minute de plus et Michel était parti », dont la première prédication ne comporte aucune forme verbale conjuguée à un temps fini, posent une série de problèmes à l’analyse syntaxique, parmi lesquels l’identification du mode de liaison qui réunit les deux membres du diptyque corrélatif. Dans cette contribution, nous montrerons que les deux séquences de cette construction sont liées par le mécanisme de la subordination (juxtaposition subordonnante du point de vue de l’hypotaxe syntagmatique). Au niveau de la constituance (hypotaxe paradigmatique), la structure étudiée illustre un cas de complexité impliquée, et, si la première séquence se présente tantôt sous la forme d’un groupe prédicatif second, tantôt d’un groupe déterminatif nominal, elle se laisse décrire en termes de prédication expliquée tantôt complète (GP2), tantôt incomplète (elliptique : GDN), plutôt qu’en termes de prédication impliquée comme le révèle notamment l’examen de la détermination nominale dans la première séquence corrélative.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [17 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01555308
Contributor : Audrey Roig <>
Submitted on : Tuesday, July 4, 2017 - 7:59:48 AM
Last modification on : Thursday, April 11, 2019 - 4:02:12 PM
Long-term archiving on : Thursday, December 14, 2017 - 9:32:29 PM

File

ComplexitéS.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01555308, version 1

Collections

Citation

Audrey Roig, Dan van Raemdonck. "Une minute de plus, et Michel était parti", une construction coordonnée ? Ça dépend vraiment du point de vue . Hadermann P. & al. ComplexitéS, 35, PIE Peter Lang, 2017. ⟨hal-01555308⟩

Share

Metrics

Record views

65

Files downloads

173