Le Miroir et la Scène : ce que peut la représentation politique

Résumé : Prenant, en philosophe, le contre-pied d’une approche qui réduit la notion de « représentation » à sa dimension juridico-politique, Myriam Revault d’Allonnes revient à ses deux sources originelles : la peinture et le théâtre. Elle interroge la façon dont, jusqu’à aujourd’hui, ces inspirations divergentes travaillent souterrainement les débats autour de la représentation politique, de ses manques ou de son inadéquation. Au terme de l’exploration, surprise : il apparaît que les troubles de la représentation politique moderne sont liés à la nature même de notre être-en-commun. Car ce qui désormais fait lien ne peut se donner que de manière paradoxale, dans la non-coïncidence à soi et l’épreuve de la séparation. C’est donc une illusion de penser que la représentation est susceptible de « figurer » la réalité de manière transparente ou adéquate. D’autres voies s’offrent toutefois aux citoyens pour se représenter et porter au jour les capacités qui redessinent la nature du lien représentatif – autant de nouvelles perspectives qui inscrivent la représentation sous le signe de la re-figuration au lieu de la renvoyer à l’impossible figuration d’un commun qui, sans cesse, se dérobe. (Résumé de l'éditeur)
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Éditions du Seuil, pp.208, 2016, La couleur des idées
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01497813
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 29 mars 2017 - 12:05:13
Dernière modification le : jeudi 30 mars 2017 - 01:08:20

Identifiants

Collections

GSRL | PSL

Citation

Myriam Revault d'Allonnes. Le Miroir et la Scène : ce que peut la représentation politique. Éditions du Seuil, pp.208, 2016, La couleur des idées. 〈hal-01497813〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

80