Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Rôle social, représentation et mauvaise foi chez Erving Goffman. Variations sur un thème sartrien

Résumé : Cet article examine la dette d’Erving Goffman à l’égard de la phénoménologie sartrienne : la métaphore théâtrale de La Présentation de soi, premier texte publié par Goffman après sa thèse de doctorat en 1956, ne peut se comprendre sans les célèbres analyses du philosophe sur la mauvaise foi développées dans L’être et le néant. Si l’imprégnation sartrienne diminue dans les œuvres postérieures, l’influence du philosophe n’en demeure pas moins présente. Cet héritage phénoménologique apparaît tout aussi décisif pour comprendre certaines des analyses-clés de la sociologie goffmanienne que paradoxal : en effet, Goffman s’appuie sur les analyses sartriennes de la mauvaise foi tout en considérant que la personne peut être réellement ce qu’elle joue et donc qu’elle ne se ment pas à elle-même. Ce faisant, l’analyse de cette « belle infidèle » s’avère très instructive pour éclairer un des points aveugles de la sociologie goffmanienne : la question de l’identité personnelle.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01493299
Contributor : Céline Bonicco-Donato <>
Submitted on : Friday, March 24, 2017 - 8:59:30 AM
Last modification on : Monday, April 8, 2019 - 4:44:02 PM
Document(s) archivé(s) le : Sunday, June 25, 2017 - 12:31:06 PM

Files

Rôle social.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-01493299, version 1

Collections

Citation

Céline Bonicco-Donato. Rôle social, représentation et mauvaise foi chez Erving Goffman. Variations sur un thème sartrien. Alter : revue de phénoménologie, Alter, 2009, Le monde social, 17. ⟨hal-01493299⟩

Share

Metrics

Record views

445

Files downloads

3423