La métropolisation contre la métropole ? Réflexion sur la gouvernance « stratégique » du Grand Londres à partir du cas des zones d’opportunité

Résumé : L’ouverture des systèmes d’acteurs qui accompagne la construction de la gouvernance métropolitaine se produit dans une situation paradoxale (Lefèvre, 2009). Chargés de coordonner l’action des collectivités pour réduire la fragmentation sociale et institutionnelle, les gouvernements métropolitains semblent manquer d’une capacité d’action suffisante pour mener à bien ces missions. Le Grand Londres (GLA – Greater London Authority), institution responsable de l’aménagement stratégique de la capitale britannique depuis une quinzaine d’années, illustre en partie cette situation. Chargée d’assurer la cohésion sociospatiale et la compétitivité de la capitale, le maire et l’assemblée de Londres souffrent néanmoins d’une autonomie limitée vis-à-vis des collectivités locales qui composent la région urbaine, du gouvernement central et des acteurs privés. Face à l’impossibilité de mobiliser les collectivités limitrophes, l’action de la GLA dans le champ de l’aménagement urbain s’est concentrée sur le cœur de la capitale où elle prend part au pilotage des périmètres prioritaires de la régénération, les zones d’opportunité. Initialement conçus comme le moteur de politiques progressistes, ces grands projets ont suscité une vague de critiques lors des débats publics du London Plan. En nous appuyant sur une analyse originale des résultats du recensement de 2011 et sur une enquête menée auprès des acteurs publics locaux et métropolitains, nous montrons que cette politique a permis de catalyser les flux d’investissements immobiliers vers des espaces peu valorisés dans les décennies précédentes, mais qu’elle a également eu pour effet d’exclure les groupes sociaux les moins bien lotis et de renforcer la fragmentation socio-spatiale dans le centre de la capitale. Nous soutenons que cette réorientation s’explique moins par l’alternance politique à la tête de la mairie depuis 2008 que par la configuration institutionnelle qui préside à la gouvernance des grands projets. Finalement, il semble que ce soit l’agenda de la métropolisation entendue au sens de la concentration des investissements les plus rentables pour la promotion immobilière qui a finalement dominé dans les projets d’intérêt métropolitain, aux dépens de celui de la construction d’une entité politique capable de lutter contre la fragmentation socio-spatiale de la capitale.
Type de document :
Article dans une revue
Métropoles, ENTPE, 2016, 19, 〈http://metropoles.revues.org/5367〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01482824
Contributeur : Martine Drozdz <>
Soumis le : vendredi 3 mars 2017 - 20:05:01
Dernière modification le : mardi 26 juin 2018 - 11:21:21

Identifiants

  • HAL Id : hal-01482824, version 1

Collections

Citation

Martine Drozdz. La métropolisation contre la métropole ? Réflexion sur la gouvernance « stratégique » du Grand Londres à partir du cas des zones d’opportunité. Métropoles, ENTPE, 2016, 19, 〈http://metropoles.revues.org/5367〉. 〈hal-01482824〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

175