Aux frontières de la démocratisation urbaine. Conflits et urbanisme participatif à Londres.

Résumé : En prenant pour point de départ que participation et conflit constituent deux figures d’une même relation sociale méritant d’être étudiées ensemble, cet article se propose de retracer les évolutions participatives de l’urbanisme londonien, en les mettant en perspective avec les épisodes conflictuels de l’histoire urbaine d’après-guerre de la capitale britannique. Les concepts de Jacques Rancière décrivant le fonctionnement démocratique selon les légitimités de chacun à y prendre part nous servent de fil directeur pour analyser les rapports entre mise en conflit et dispositifs participatifs. Nous assistons à un progressif partage des rôles qui interrompt le mouvement de démocratisation d’après-guerre et fait place à un « feuilletage » des légitimités fondé sur la capacité à construire ou financer des (grands) projets urbains. Dans ce contexte où une gouvernance restreinte prend en charge la conception des futurs urbains, les dispositifs participatifs n’assurent pas une égalité de statut comme le voudrait l’impératif délibératif mais facilite l’ingénierie d’un consensus visant la réduction des risques de conflit, et par là même, ouvrant la voie à de nouveaux désaccords.
Type de document :
Article dans une revue
L'Information géographique, Armand Colin, 2016, 80 (4), 〈10.3917/lig.804.0030 〉
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01482801
Contributeur : Martine Drozdz <>
Soumis le : vendredi 3 mars 2017 - 19:54:20
Dernière modification le : mardi 18 décembre 2018 - 11:38:03

Identifiants

Collections

Citation

Martine Drozdz. Aux frontières de la démocratisation urbaine. Conflits et urbanisme participatif à Londres.. L'Information géographique, Armand Colin, 2016, 80 (4), 〈10.3917/lig.804.0030 〉. 〈hal-01482801〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

181