Artaud, la voix déchue

Résumé : Pour en finir avec le jugement de dieu n'est pas un texte à lire , d'abord une voix à écouter, une voix élaborée à mesure qu'elle se constitue et fraie ainsi dans l'espace impossible de l'entente une féroce jonction entre ce qui est inouï et ce qui se laisse entendre, entre le mot lâché et les énergies qui l'emportent, entre le sens délivré enfin et les forces qui s'en délivrent pour accomplir le rituel sacré d'un théâtre mis en pièce : en voix et en lambeaux de chairs que la voix a traversés. C'est dans ces déchirures que s'inscrit la voix d'un corps dépouillé de sa chair visible quand on l'écoute à distance, dans l'éloignement du temps et de l'espace avec lequel nous recevons l'aura diffusée de la voix. Distance et éloignement qui sont les ultimes déchirures par quoi nous entendrons pour toujours désormais la voix d'Antonin Artaud, levée d'un corps manifesté en son absence même, voix qui dira mieux que toute son oeuvre écrite peut‑être les paradoxes féroces d'une parole mutilée et dont la mutilation est la présence même, diffuse, éclatée, informe, survivante d'un corps surgi d'un corps, d'une voix émanée du socle mort de son tombeau ou, davantage, de l'esprit vif de son être. Voix d'Artaud qui tend à redéfinir même l'opération qui l'institue voix pour celui qui l'écoute, comme elle s'efforce de redéfinir les termes de l'échange à l'oeuvre dans toute voix. C'est la violence première, essentielle aussi pour l'entendre pleinement : voix dont l'un des multiples retournements vise à redéfinir ce qu'est une voix, ce qu'elle peut, plutôt : et enseigne comment apprendre à l'entendre. Voix qui se donne ainsi pour tâche, sur tous les plans de son spectre de diffusion, de porter jusqu'à l'extrême limite du possible les puissances d'un corps inouï, travaillant l'expérience de la chair en épreuve du corps même, celui qui écoute, celui qui fait entendre.
Type de document :
Article dans une revue
Incertains regards. Cahiers dramaturgiques., PUP (Presses universitaires de Provence), 2014, Le verbalisme : langage théâtral & déconstruction p. 63-75
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [1 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01453243
Contributeur : Arnaud Maisetti <>
Soumis le : lundi 6 février 2017 - 22:17:10
Dernière modification le : jeudi 9 août 2018 - 01:13:20
Document(s) archivé(s) le : dimanche 7 mai 2017 - 12:27:27

Fichier

IR3 Maisetti 63-75.pdf
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01453243, version 1

Collections

Citation

Arnaud Maïsetti. Artaud, la voix déchue. Incertains regards. Cahiers dramaturgiques., PUP (Presses universitaires de Provence), 2014, Le verbalisme : langage théâtral & déconstruction p. 63-75. 〈hal-01453243〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

84

Téléchargements de fichiers

312