La montée en puissance des territoires : facteur de recomposition ou de décomposition des politiques culturelles ?

Résumé : Dans différents pays (Bonet, Négrier, 2007), les politiques culturelles sont de moins en moins marquées par un pilotage et des enjeux nationaux. En revanche, elles s'organisent plus souvent territoires par territoires (Saez, 2004). En France, ce fait est fréquemment vécu comme une menace. Désengagement de l'Etat, dirigisme des élus locaux, rupture d'égalité entre les citoyens, sont les termes principaux d'une polémique qui se développe de façon récurrente autour de cette évolution sans pour autant parvenir à la freiner. Le renforcement des autorités locales et des pouvoirs urbains en particulier, poussé par l'urbanisation croissante de la population mondiale, est un phénomène qui dépasse largement nos frontières. La constitution de structures politiques supranationales (l'Union européenne, notamment) vient simultanément disputer par le haut le pouvoir régulateur des Etats centraux sur leur propre territoire. Enfin, l'émergence ou le développement de sentiments d'appartenance non nationaux, fondés sur des différences culturelles multiples (régionales, ethniques, religieuses, sexuelles ou esthétiques), signale l'épuisement du long processus de construction des identités nationales. Les politiques publiques de la culture, qui avaient apporté une contribution essentielle à ce processus, sont appelées à s'adapter à ce nouveau contexte. De ce point de vue, le modèle français de politiques culturelles est plus que d'autres mis au défi par ce que Luis Bonet et Emmanuel Négrier ont appelé « la fin des cultures nationales » (Bonet, Négrier, 2007). L'approche républicaine de la citoyenneté a en effet longtemps donné à l'action culturelle son ossature politique et sa raison d'être. A l'inverse, sa fragmentation territoriale et son frémissement multiculturaliste la privent d'une partie de ses fondements idéologiques traditionnels. Plus encore, les modes de consécration culturelle sont restés centralisés, conférant en la matière, à la scène parisienne et aux médias nationaux, un rôle clef. Cette rupture entre espaces de production et de consécration ne peut qu'inquiéter les professionnels de la culture inscrits dans des « mondes » dépassant les frontières territoriales de ceux qui sont désormais leurs principaux financeurs. Ce sont toutes ces raisons qui nous ont conduits à examiner de près les termes du débat portant sur la territorialisation des politiques culturelles. La perspective grisante de transformation d'un modèle d'action dont les limites sont aujourd'hui sensibles, va de pair avec les craintes que nourrissent les incertitudes sur l'avenir des politiques publiques en ce domaine. Entre recomposition et décomposition, l'impact de logiques territoriales dans le champ des politiques culturelles se dessine pour l'instant avec difficulté.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01444175
Contributor : Emmanuel Négrier <>
Submitted on : Monday, January 23, 2017 - 5:08:38 PM
Last modification on : Tuesday, May 28, 2019 - 10:58:03 AM
Long-term archiving on : Monday, April 24, 2017 - 3:25:46 PM

File

Texte Négrier Teillet Nantes...
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-01444175, version 1

Collections

Citation

Emmanuel Négrier, Philippe Teillet. La montée en puissance des territoires : facteur de recomposition ou de décomposition des politiques culturelles ? . Culture et société : un lien à recomposer, Saison une - Collections - 65 Éditions de l'Attribut, pp.91-108, 2008, 978-2-916002-08-8. ⟨hal-01444175⟩

Share

Metrics

Record views

424

Files downloads

377