Le paysage, territoire de l'art ? : La mise en oeuvre de Regards Croisés

Résumé : Les parcs naturels régionaux ne sont-il pas des territoires devenus « sous réserve » ? La fin du XX ème siècle a été marquée par l'émergence d'institutions prétendant exercer, sur leur espace, des missions ou ambitions à peu près équivalentes, autour de la valorisation du patrimoine, de l'incarnation de la mémoire ou du développement durable. Le projet qui nous intéresse ici participe de cette glorieuse logique d'expérimentation, qui a eu ses lettres de noblesse en Pilat avec l'action culturelle, en Vercors avec la pratique de l'histoire et du patrimoine 1 , et partout avec des outils d'évaluation, de contractualisation, et d'innovations diverses 2. Les parcs étaient des territoires sans l'être tout à fait. Ils sont aujourd'hui concurrencés sur cette qualité, même s'il y aurait beaucoup à dire sur la propension des « pays », par exemple, à incarner dans les faits les promesses d'action territoriale certifiée durable et participative que leurs projets comportent. Selon une certaine lecture, les parcs, dans ce nouveau contexte institutionnel, sont plus que jamais poussés à l'innovation, au décalage d'avec l'action territoriale classique. Leur singularité est souvent décrite comme celle d'un aiguillon qui, une fois l'expérience conclue, a vocation à transmettre la flamme (ou le fardeau) à des institutions plus « séculières ». L'action artistique a fait partie, au gré des lieux, de ces ferments d'innovation qui ont caractérisé les PNR. Regards Croisés donne un nouvel élan à cette vocation, sur une thématique qui serait celle, par excellence, d'un parc : le paysage, et sur la base d'une modalité qui reste, quoiqu'on en dise, peu fréquentée : le partenariat inter-territoire. Le recours à l'art pour « dire » le paysage est à la fois ontologique et antagonique. Ontologique si l'on s'accorde avec Alain Roger selon lequel le paysage n'est tel que parce que désigné par l'artiste. Il est donc « naturel » que l'artiste ait à dire sur le paysage, puisqu'il est au bout du compte celui par lequel un pays devient paysage 3. Antagonique si l'on prend appui sur le paysage comme perception (et pas seulement artistique), et l'art comme transformation de la perception 4. C'est donc une question politique, puisque la perception implique la représentation, et les controverses sur celle-ci. C'est une question territoriale, et non simplement une affaire d'espace.
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01441795
Contributor : Emmanuel Négrier <>
Submitted on : Friday, January 20, 2017 - 11:03:22 AM
Last modification on : Tuesday, May 28, 2019 - 10:58:03 AM
Long-term archiving on : Friday, April 21, 2017 - 1:45:21 PM

File

paysage territoire de l'art.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01441795, version 1

Collections

Citation

Emmanuel Négrier. Le paysage, territoire de l'art ? : La mise en oeuvre de Regards Croisés . Regards croisés sur les paysages, projets d'artistes dans trois Parcs Naturels Régionaux en Rhône-Alpes, p.139-159, 2008. ⟨hal-01441795⟩

Share

Metrics

Record views

122

Files downloads

505