Contribution de la biométrique de similarité à l'identification des auteurs de vols à main armée : le projet IDASOR

Résumé : Avec l'augmentation de l'usage des systèmes de vidéosurveillance dans les banques, les anthropologues judiciaires sont de plus en plus concernés par l'identification des auteurs de vol à main armée. Depuis 1990 le Laboratoire d' Anthropologie Anatomique et de Paléopathologie , Université Claude Bernard, Lyon1 (L2AP/UCBL) développe une méthode manuelle de comparaison biométrique de plans fixes provenant de la vidéo avec des photographies du prévenu. Sur les deux types de clichés ( photos issues de la vidéo montrant l'inconnu auteur du VMA / photo du prévenu ) sont positionnés des points anatomiques qui reliés entre - eux fournissent des paramètres, des indices et des valeurs angulaires. Il est important de noter que l'expertise ne prend jamais en compte la comparaison des valeurs brutes d’un même paramètre sur les deux clichés mais celle des rapports indiciaires confrontant les paramètres deux à deux , dans chaque cliché: ce qui offre l’avantage considérable de pouvoir travailler sur des instantanés n’étant pas à la même échelle !Actuellement, le matériel de vidéosurveillance utilisé par les banques ne permet pas, une identification formelle des auteurs du délit. Cette difficulté, que l'anthropologue judiciaire essaie de compenser par son expertise, est due à plusieurs raisons : •nombre insuffisant de caméras [en 2D seulement] filmant en contre-plongée et à grande distance, entraînant une perte considérable d’informations morphologiques et biométriques de la personne pénétrant dans la banque •très mauvaise qualité des vidéos et, par conséquent, des plans fixes qui en sont extraits pour déterminer les points faciométriques utilisés dans l’expertise Pour pallier des difficultés inhérentes aux dispositifs actuels de surveillance, Les partenaires (UCBL/L2AP et ECL/LIRIS) ont élaboré un programme de recherche (IDASOR : Identification Assistée par Ordinateur des auteurs de vol à main armée) dont le but est l'augmentation du nombre de données morphologiques, en utilisant plusieurs caméras en haute définition : les images prises en compte pour l'opération d'identification seront donc de meilleure qualité, et en plus grand nombre. L'accès au relief via l'acquisition selon plusieurs points de vue fournira des informations plus sélectives. L'introduction d'algorithmes pour la sélection d'images, la mesure des distances et des angles devra, à terme, garantir la reproductibilité et surtout l'objectivité qui sont susceptibles de faire défaut à l'opérateur humain agissant seul. Cette dernière est particulièrement sensible dans le contexte humain d'une expertise judiciaire de VAM dont le résultat doit confirmer ou infirmer la culpabilité d'un individu.
Type de document :
Communication dans un congrès
WISG'09 - Workshop Interdisciplinaire sur la Sécurité Globale 2009, Jan 2009, Troyes, France. 2009
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01437826
Contributeur : Équipe Gestionnaire Des Publications Si Liris <>
Soumis le : mardi 17 janvier 2017 - 14:01:07
Dernière modification le : mercredi 18 janvier 2017 - 01:06:15

Identifiants

  • HAL Id : hal-01437826, version 1

Collections

Citation

Yvonne Desbois, Karima Ouji, Mohsen Ardabilian, Raoult Perrot. Contribution de la biométrique de similarité à l'identification des auteurs de vols à main armée : le projet IDASOR. WISG'09 - Workshop Interdisciplinaire sur la Sécurité Globale 2009, Jan 2009, Troyes, France. 2009. <hal-01437826>

Partager

Métriques

Consultations de la notice

68