Pratiques sacrificielles et commensales à Erétrie au VIIIe siècle avant notre ère

Abstract : Aux côtés de la vaisselle, largement prédominante dans le discours sur la pratique du banquet dans les mondes méditerranéens et en Europe celtique, mais aussi dans celui sur la colonisation grecque en Occident, les restes fauniques et paléo-environnementaux constituent une source documentaire primordiale pour restituer les nourritures servies lors des repas communautaires. Dans la société grecque antique, toute viande (gibier excepté) était issue de sacrifices d’animaux domestiques dont on retrouve généralement, dans les espaces sacrés, les déchets assignables à la part brûlée en offrande au dieu sur l’autel et aux séquences bouchères. À Érétrie, au VIIIe siècle av. J.-C., les restes d’animaux découverts aux abords des sanctuaires témoignent de ces deux aspects du sacrifice animal, sous la forme de restes calcinés et d’ossements découpés. Seule l’étude conjointe de ces restes et de la vaisselle est susceptible de progrès dans la problématique du banquet grec, tel qu’il était pratiqué par les Eubéens sur place, puis dans les contrées dans lesquelles ils se sont installés, en particulier dans la baie de Naples.
Document type :
Book sections
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01424634
Contributor : <>
Submitted on : Monday, January 2, 2017 - 3:53:16 PM
Last modification on : Friday, September 14, 2018 - 9:56:09 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01424634, version 1

Citation

Sandrine Huber, Patrice Méniel. Pratiques sacrificielles et commensales à Erétrie au VIIIe siècle avant notre ère. Arianna Esposito. Autour du banquet : modèles de consommation et usages sociaux, Editions Universitaires de Dijon, pp. 71-84, 2015, Sociétés, 978-2-36441-112-8. ⟨hal-01424634⟩

Share

Metrics

Record views

79