Faut-il remettre en question les baisses de cotisations sociales ?

Résumé : La France est fréquemment décrite comme l’un des pays où les prélèvements obligatoires sont parmi les plus élevés du monde. Cependant, une autre réalité française, moins connue, doit aussi être prise en compte: la France est également l’un des pays où les politiques d’exemption fiscale et d’exonération de cotisations sociales sont les plus développées. En 2011, l’ensemble des politiques socio-fiscales ayant trait à la protection sociale et à l’emploi représentait une valeur comptable de 94 milliards d’euros (Zemmour 2013). Parmi ces politiques, la stratégie française pour l’emploi, qui met en œuvre une réduction du coût du travail, occupe une place importante. Deux programmes visent spécifiquement à faire baisser le coût du travail des emplois peu qualifiés : les exonérations générales de cotisations employeur et les dispositifs concernant l’emploi de salariés à domicile. Les pertes de recettes fiscales et sociales au titre des deux politiques représentaient en 2011 27 milliards d’euros soit 1,3 point de PIB.
Type de document :
Article dans une revue
Débats du LIEPP, 2015, pp.1 - 22
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [8 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01384307
Contributeur : Spire Sciences Po Institutional Repository <>
Soumis le : mercredi 19 octobre 2016 - 16:26:23
Dernière modification le : mardi 3 juillet 2018 - 11:28:16

Fichier

liepp-debatsliepp-2.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Citation

Clément Carbonnier, Bruno Palier, Michaël Zemmour, Yannick L'Horty, Jean-Luc Tavernier. Faut-il remettre en question les baisses de cotisations sociales ?. Débats du LIEPP, 2015, pp.1 - 22. 〈hal-01384307〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

186

Téléchargements de fichiers

144