Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Étude en mésocosme de parasitoïdes dans le cadre de la mise en place d'un programme de lutte biologique contre la pyrale du buis, [i]Cydalima perspectalis[/i] (Walker, 1859) (Lepidoptera : Crambidae)

Résumé : La pyrale du buis, [i]Cydalima perspectalis[/i], est un ravageur de l’Est de l’Asie, invasif en Europe depuis 2008. Les chenilles de ce lépidoptère affaiblissent voire détruisent les plants de buis par défoliation aussi bien en espaces verts qu’en forêt. Dans le cadre du programme ©SaveBuxus, l’équipe de l’INRA UEFM cherche des parasitoïdes efficaces des œufs de ce ravageur en expansion. Sur 54 souches testées provenant de la collection de [i]Trichogramma[/i] de l’INRA UEFM, trois souches indigènes présentent un taux de parasitisme intéressant (Enriquez et al., 2015). Afin d’affiner le choix de la souche, de définir une stratégie de lutte et la quantité de trichogrammes à lâcher pour atteindre un seuil maximal de parasitisme, une étude en mésocosme (milieu confiné dont les conditions sont contrôlées) a été menée en 2015-2016. Pour cela, des buissons de buis de 40x40x40cm ont été reconstitués avec des branches. Les 3 souches sélectionnées ont été testées selon trois classes de quantités de femelles lâchées : [0-99], [100-199], [>200] sur 150 œufs de pyrale répartis équitablement sur 6 points. Chaque site de présence d’œuf est composé d’un brin portant 25 œufs de pyrale. Qc a été écartée car elle parasite moins que Y et Qa en classe 2. De plus son sexe-ratio est faible par rapport aux deux autres ce qui engendre des coûts plus élevés pour sa production. En classe 1 et 2, les souches Y et Qa parasitent significativement selon un même taux. Ces dernières sont par contre significativement différentes en classe 3 ; Qa étant meilleure qu’Y. Pour ce qui est de l’efficacité globale, en revanche, les deux souches sont équivalentes quelle que soit la classe. Pris individuellement, la souche Y se développe mieux sur la pyrale du buis que Qa. Par contre, dès deux femelles, et en situation de population, Qa parasite mieux que Y ; ce qui montrerait la nécessité d’une stimulation intra-spécifique pour cette souche. La dispersion de ces parasitoïdes oophages a été étudiée en parallèle. Les six brins ont été disposés de façon symétrique dans le buisson de haut en bas et de gauche à droite. Pour les classes 1 et 2, le pourcentage d’œufs tués entre les 6 points du buisson, pour chacune des 2 souches, varie significativement alors que, en classe 3, Qa et Y se dispersent de la même manière. Les points les plus parasités pour les classes 1 et 2 sont généralement, et quelle que soit la souche, au plus proche du point de lâcher et au sommet du buisson. La stratégie définie avec un lâcher de 200 femelles nous a permis d’obtenir, dans les conditions du mésocosme, plus de 90% d’œufs tués pour chacune des 2 souches. Le choix entre ces deux dernières sera affiné et la stratégie sera optimisée selon les résultats du terrain en cours et après l’étude des descendants.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01379674
Contributor : Archive Ouverte Prodinra Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 11, 2016 - 8:29:29 PM
Last modification on : Wednesday, October 27, 2021 - 8:29:42 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01379674, version 1
  • PRODINRA : 372200

Collections

`

Citation

Elisabeth Tabone, Arnaud Cartier, Etty Colombel, Thomas Enriquez, Thomas Defferier, et al.. Étude en mésocosme de parasitoïdes dans le cadre de la mise en place d'un programme de lutte biologique contre la pyrale du buis, [i]Cydalima perspectalis[/i] (Walker, 1859) (Lepidoptera : Crambidae). 10. Rencontres Annuelles du Groupe des Entomologistes Forestiers Francophones (GEFF), Groupe des Entomologistes Forestiers Francophones (GEFF). INT., Sep 2016, Ramatuelle, France. ⟨hal-01379674⟩

Share

Metrics

Record views

549