Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Apprendre à voir, apprendre à regarder. Les deux conceptions de l'apprentissage sensoriel chez Condillac

Résumé : Le principal dessein de Condillac dans le Traité des sensations (1754) est de revenir sur la thèse de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746) selon laquelle dans la perception, la réflexion s’applique spontanément aux sensations visuelles pour y donner à voir des objets. L’opération de l’esprit avait alors pour fonction de révéler des figures au sein d’une sensation donnée d’abord comme indistincte. L’abbé estime à présent qu’une telle conception de l’apprentissage sensoriel dissimule un préjugé, celui de la naturalité – ou innéité – de cette opération. C’est la raison pour laquelle il estime désormais que la sensation apparaît immédiatement à l’esprit dans toute sa distinction, éliminant la naturalité en supprimant l’utilité d’une actualisation de la sensation. Mais s’il n’y a donc pas lieu d’« apprendre à voir », il est nécessaire d’« apprendre à regarder », parce que la sensation, quoique distincte dès qu’elle advient à l’esprit, ne délivre pas d’elle-même les idées qu’elle contient. Tout en se situant dans la lignée de Locke et de Berkeley, Condillac déploie ainsi dans le Traité des sensations une conception originale de l’apprentissage sensoriel.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01368018
Contributor : Marion Chottin Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, September 18, 2016 - 8:12:38 PM
Last modification on : Friday, April 29, 2022 - 10:12:51 AM

File

Apprendre à voir, apprendre ...
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

Citation

Marion Chottin. Apprendre à voir, apprendre à regarder. Les deux conceptions de l'apprentissage sensoriel chez Condillac. Philonsorbonne, Publications de la Sorbonne, 2008, pp.46-65. ⟨10.4000/philonsorbonne.160⟩. ⟨hal-01368018⟩

Share

Metrics

Record views

110

Files downloads

288