Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Evolution holocène de l’estuaire de la Maye (secteur de Rue, Picardie, France) et implications pour l’occupation humaine

Résumé : Cette communication présente une reconstitution de l’évolution holocène de la ligne de rivage de l’estuaire de la Maye (dans le secteur de Rue, au Sud du Marquenterre) ainsi que des informations nouvelles sur la configuration de ses ressources et de ses paysages côtiers depuis le moyen-âge. Les données présentées ont été acquises dans le cadre du programme PaleoportRue, soutenu par le Conseil régional de Picardie entre 2011 et 2014, en adoptant une approche géoarchéologique. Des moyens d’investigation de terrain, associant une étude de géophysique (8 profils de tomographie de résistivité électrique) et 8 carottages (par vibro-percussion) réalisés à l’ouest de Rue, ont été mis en œuvre parallèlement à l’exégèse de sources documentaires manuscrites et imprimées (figurées ou non figurées). De nos jours, la ville de Rue est située à environ 7 km du trait de côte, au cœur de la plaine maritime picarde. Cependant, selon différentes sources historiques, elle était lors de son édification à l’époque gallo-romaine, et jusqu’au moyen-âge, l’un des principaux ports maritimes de la côte picarde. Bâtie sur un îlot de galets d’âge pléistocène (localement appelé « foraine »), à l’embouchure de la Maye, Rue devait bénéficier d’un accès direct à la mer et à la rivière pour la pratique de la pêche et le transport des denrées. L’analyse sédimentologique en laboratoire des carottages (mesures de granulométrie LASER et de perte au feu -réalisées au CEREGE- et 20 datations par le radiocarbone) a permis de distinguer quatre unités sédimentaires principales au-dessus des « cailloutis » pléistocènes : i) des dépôts marins datant de la fin du 3e millénaire av. J.-C., ii) une formation tourbeuse qui s’est développée aux 2e et 3e millénaires av. J.-C., iii) des sédiments littoraux qui se sont déposés jusqu’au XIIIe siècle et iv) des remblais modernes. Le croisement des données sédimentologiques, géophysiques et documentaires amène à proposer une évolution originale de l’estuaire de la Maye au cours des 3 derniers millénaires : vers 1000 av. J.-C., la « foraine » de Rue était bordée de vallons marécageux et tourbeux, puis, durant l’Âge du Fer, l’estran était très probablement proche de la « foraine » de Rue. Enfin, durant le Moyen-Âge classique (XIe-XIIIe siècles), le chenal d’écoulement permettant l’accès maritime au port de Rue devait être réduit dans un estuaire ensablé. L’étude des documents issus d’archive apporte des éléments de discussion, notamment sur les ressources locales et les échanges commerciaux. Elle indique par exemple l’exploitation de salines du XIe siècle au XIIIe siècle, dont la localisation précise reste à établir, sans doute sur l’estran.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01357980
Contributor : Desruelles Stéphane Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, August 30, 2016 - 4:58:40 PM
Last modification on : Friday, August 5, 2022 - 11:24:17 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01357980, version 1

Citation

Stéphane Desruelles, Matthieu Ghilardi, Christophe Cloquier, Doriane Delanghe, David Psomiadis, et al.. Evolution holocène de l’estuaire de la Maye (secteur de Rue, Picardie, France) et implications pour l’occupation humaine . Réunion des Sciences de la Terre. 25e édition, Oct 2016, Caen, France. ⟨hal-01357980⟩

Share

Metrics

Record views

229