La pénétration des idées structuralistes dans les pays germanophones

Résumé : Si l’on fait abstraction de Karl Bühler, membre germanophone du Cercle Linguistique de Prague, et de certaines universités suisses situées dans les cantons de langue allemande, les différentes écoles structuralistes européennes, pour des raisons historiques bien connues, n’ont trouvé un écho dans les pays germanophones qu’après la guerre. Jusque vers 1950 environ, l’Allemagne et l’Italie ont été « des pays sans structuralisme » (Coseriu 1981, p. 155, note 43). En plus, la pénétration tardive des idées structuralistes a été freinée par le fait qu’elle a eu lieu en même temps que la réception de l’école bloomfieldienne et de la « première vague » du générativisme, ce qui n’a pas facilité les choses.
Complete list of metadatas

Cited literature [43 references]  Display  Hide  Download

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01311978
Contributor : Jacqueline Leon <>
Submitted on : Wednesday, May 4, 2016 - 6:12:48 PM
Last modification on : Tuesday, July 24, 2018 - 11:52:03 AM
Long-term archiving on : Tuesday, November 15, 2016 - 8:32:27 PM

File

Albrecht_Dossiers_HEL3.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : hal-01311978, version 1

Collections

Citation

Jörn Albrecht. La pénétration des idées structuralistes dans les pays germanophones. Dossiers d'HEL, SHESL, 2013, Les structuralismes linguistiques : problèmes d'historiographie comparée, 3, pp.1-12. ⟨hal-01311978⟩

Share

Metrics

Record views

130

Files downloads

216