Le métier de conseiller d’insertion et de probation : dans les coulisses de l’État pénal ?

Résumé : Cet article étudie les évolutions du métier de conseiller d’insertion et de probation (Cip) en proposant une sociologie des groupes professionnels attentive aussi bien aux enjeux statutaires qu’aux enjeux moraux. La transformation du service social des prisons en service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) a en effet constitué un processus à la fois de professionnalisation, de juridicisation par inscription dans le champ du droit (plutôt que dans le champ du social), mais aussi de déplacement d’un pôle d’intervention « compassionnel » vers un pôle d’intervention « répressif ». En s’appuyant sur une enquête de terrain en prison, l’étude des situations de travail et des conflits permet de problématiser les ruptures et continuités par rapport aux trajectoires individuelles des agents, et par rapport aux dispositifs institutionnels dans lesquels s’inscrit leur action. Le cas d’étude des Cip, groupe professionnel ici envisagé comme révélateur de ce que fait l’institution aux personnes placées sous main de justice, permet plus largement d’envisager une ethnographie de l’État en actes.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01260375
Contributor : Yasmine Bouagga <>
Submitted on : Friday, January 22, 2016 - 10:04:28 AM
Last modification on : Friday, May 25, 2018 - 3:32:02 PM

Identifiers

Collections

Citation

Yasmine Bouagga. Le métier de conseiller d’insertion et de probation : dans les coulisses de l’État pénal ?. Sociologie du Travail, Elsevier Masson, 2012, 54 (3), pp.317-337. ⟨10.1016/j.soctra.2012.06.003⟩. ⟨hal-01260375⟩

Share

Metrics

Record views

312