Le futur conjugué au mode interactif

Jean-Gabriel Ganascia 1
1 ACASA - Agents Cognitifs et Apprentissage Symbolique Automatique
LIP6 - Laboratoire d'Informatique de Paris 6
Résumé : C’est un lieu commun aujourd’hui que d’évoquer l’accélération du temps et la complexification croissante du monde. Il est vrai que le rythme de production des résultats scientifiques et technologiques s’accroît dans des proportions considérables. À première vue, cela devrait réduire l’horizon au-delà duquel les prévisions deviennent purement spéculatives et hasardeuses. Or, les choses ne sont pas aussi simples qu’il y paraît. À certains égards, et quoique cela semble paradoxal, le futur immédiat se révèle plus difficile à prédire que le futur lointain (à vingt, trente ou quarante ans). Un regard rétrospectif sur la prospective des grands scientifiques ou sur la science-fiction montre que les perspectives qu’elles offrent sont assez fidèles à l’évolution. Le futur immédiat comporte une part d’incertitude liée à la prise en compte des rétroactions sociales instantanées, alors que le futur à long terme gomme ces errements. Cela tient à la multiplicité des acteurs intervenant dans une prise de décision quelle qu’elle soit comme au caractère interactif de toute décision. En effet, l’interactivité sociale est devenue à la fois une donnée maîtresse du développement technologique et une revendication insistante. Le grand nombre doit à tout instant donner son avis, soit activement, en réagissant à toute décision, soit passivement, par le truchement des outils de sondage. Il en résulte une difficulté à planifier, puisque tous les acteurs interviennent à tous moments. En conséquence, les évolutions deviennent plus difficiles à prévoir et à anticiper. Les efforts d’anticipation ne s’en trouvent pas réduits à néant pour autant ; mais les régimes d’anticipation doivent changer ; ils doivent intégrer la part de l’interaction dans la prévision. Cela n’interdit pas non plus la prospective, bien au contraire, car la prédiction, même erronée, joue un rôle moteur dans la définition des stratégies scientifiques et dans le développement technologique, mais cela change radicalement le mode sur lequel la prospective doit intervenir. Tout se passe comme si la structure du temps évoluait du fait de cette prise en compte des rétroactivités sociales immédiates. Or, cette nouvelle structure du temps qui se présente à nous aujourd’hui semble bien étrangère aux structures traditionnelles auxquelles nous étions habitués. Elle n’est plus ni linéaire, ni cyclique. C’est à l’élucidation de cette nouvelle structure du temps qu’est consacré cet article. Pour asseoir ces perspectives sur un fondement concret, nous illustrerons ici ce nouveau régime d’anticipation à l’aide d’exemples tirés du développement des technologies de l’information et de la communication et des diverses prospectives formulées dans ce domaine.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01185506
Contributor : Lip6 Publications <>
Submitted on : Thursday, August 20, 2015 - 2:40:42 PM
Last modification on : Thursday, March 21, 2019 - 2:40:57 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01185506, version 1

Citation

Jean-Gabriel Ganascia. Le futur conjugué au mode interactif. Le Banquet, 2005. ⟨hal-01185506⟩

Share

Metrics

Record views

68