“You remind us that anything is possible". Le Dawn Wall au Yosemite, petites histoires et résonances contemporaines

Samuel Challéat 1, *
* Corresponding author
Résumé : La libération, en janvier 2015, d'une voie dans le Dawn Wall par les deux grimpeurs américains Tommy Caldwell et Kevin Jorgeson est, en quelque sorte, l'achèvement magnifique d'une drôle d'histoire qui a débutée il y a plus de quarante ans, en 1970. La première ascension de cette partie de la face sud-est d'El Capitan – la plus raide et la plus dangereuse – avait alors suscité débats et controverses (au nom de « l'éthique » bien sûr, comme il se doit en escalade...), notamment autour de l'équipement installé et de la médiatisation qui a entouré cette première. Cette fois-ci heureusement, pas de polémique : Tommy et Kevin ont fait « proprement » cette First Free Ascent. Mais à l'ère des réseaux sociaux, leur épopée a elle aussi été très largement relayée en quasi direct, et même reprise et diiusée dans les médias grand public, bien au-delà de la petite sphère de la presse magazine spécialisée. Tous les grimpeurs n'ont pas la chance d'avoir une couverture reportage assurée par le National Geographic, de faire la Une du New York Times, et encore moins d'être félicités par le président des États-Unis en personne ! Pour mettre en perspective l'énorme écho qu'a eu cet exploit et en interroger quelques-unes des significations, Grimper vous propose un (tout) petit retour sur quelques points de l'histoire du Dawn Wall et de son écrin, le Parc National du Yosemite... Photo 1. Mercredi 14 janvier 2015, au sommet du Dawn Wall. Photographie : Bligh Gillies/Big UP Productions/Aurora Photos. 1 Samuel Challéat, in Grimper Magazine n°163 : « You remind us that anything is possible » 15 heures 25, mercredi 14 janvier 2015 dans le Parc National du Yosemite, Californie, États-Unis. Tommy Cald-well et Kevin Jorgeson retrouvent compagnes et amis au sommet de la face sud-est de To-to-kon oo-lah, l'énorme monolithe granitique plus connu sous le nom d'El Capi-tan. Ils viennent de passer 19 jours dans la paroi, libérant 32 longueurs dans le Dawn Wall, face lisse de plus de 900 mètres située approximativement à mi-chemin entre des grandes classiques du lieux : The Nose à gauche, El Niño et North America Wall à droite. La désormais nommée Free Dawn Wall devient ainsi la soixante-septième voie que compte l'imposante face sud-est d'El Capitan. Elle chemine dans d'autres voies plutôt habituées à voir défi-ler des grimpeurs d'artif', telle Mescalito bien sûr, mais également New Dawn (une variation de The Wall of the Early Morning Light), Adrift et Tempest. Free Dawn Wall comporte néanmoins des longueurs inédites, et pas des moindres. Trouvées par Tommy et Kevin durant la prépa-ration de ce projet (une préparation de 7 années, tout de même), elles visent un cheminement le plus logique possible pour un passage en libre. Leur solution ? Traverser entre Mescalito et New Dawn, et s'oorir au passage deux longueurs en 9a, dont une agrémentée d'un mouvement dynamique pour Kevin (Tommy est passé en faisant une boucle en 8b+ pour shunter le mouv' dynamique). Leur exploit nous semble être l'occasion d'un petit retour sur quelques histoires liées aux ascensions de cette partie d'El Capitan. Ce n'est eeectivement pas la première fois que le Dawn Wall se change en théâtre sur la scène du-quel se joue une pièce historique de l'escalade, sous les yeux des journalistes. Et une pièce en plusieurs actes, s'il vous plaît ! Le Dawn Wall d'El Capitan, une paroi chargée d'histoire(s)
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01150159
Contributor : Samuel Challéat <>
Submitted on : Friday, May 8, 2015 - 6:51:27 PM
Last modification on : Friday, June 14, 2019 - 6:31:07 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01150159, version 1

Collections

Citation

Samuel Challéat. “You remind us that anything is possible". Le Dawn Wall au Yosemite, petites histoires et résonances contemporaines. Grimper, le magazine de l'escalade, Nivéales, 2015, pp.18-25. ⟨hal-01150159⟩

Share

Metrics

Record views

240