Le patient gourmand, une identité possible ?

Abstract : effet, le plaisir est explicitement revendiqué et cité comme une dimension inhérente au bien manger (Fischler et Masson, 2008). Ainsi, le plaisir participe à l’équilibre alimentaire et constitue une composante nécessaire des sociabilités. Dans cette perspective le plaisir et la santé non seulement ne s’opposent pas mais sont étroitement liés. Malgré cela, en institution hospitalière, l’alimentation ne revêt plus des caractéristiques de partage et semble se réduire à une ingestion de nutriments. Pourtant, le contexte commensal a une influence sur la consommation des patients (Hartwell & al, 2013). C’est à partir de ce constat que nous avons initié une enquête de terrain dans plusieurs services hospitaliers visant à repenser la prise en charge du repas à l’hôpital pour lutter contre la dénutrition importante des patients. Grâce à l’élaboration d’enregistrement vidéo réalisé en contexte naturel (Heath & Hindmarsh, 2002 ; Mondada, 2007) de consommation à l’hôpital, nous avons voulu avoir une meilleure compréhension de l’importance des sociabilités à l’hôpital lors du service du repas.Dans le cadre de cette recherche, nous avons collecté et analysé un corpus vidéo d’enregistrements d’interaction entre aides-soignants et patients lors du moment du service de repas. Nous nous sommes concentrées sur des séquences d’interaction où les participants font référence à la nourriture, soit durant la présentation du plateau faite par l’aide-soignant, soit une fois que le repas a été servi et que le patient a, ou n’a pas, mangé. Nous avons remarqué la centralité de ces séquences dans la construction identitaire du patient. En effet, le patient n’est pas seulement un patient : son histoire, ses motivations, ses habitudes en font un individu à part entière et unique. Comme tout individu, les patients sont porteurs de plusieurs identités, qui émergent et sont construites collectivement dans le cours des interactions sociales (Sacks, 1972 ; Antaki & Widdicombe, 1998 ; Greco et al., 2014). L’analyse détaillée des extraits d’interaction, menée suivant la méthodologie de l’analyse conversationnelle, montre que souvent les participants s’orientent vers le plaisir de manger du patient, sur ses préférences alimentaires, ses aversions, etc. Une des identités qui émerge naturellement lors de ces interactions est celle de « gourmand ». Les plaisirs gustatifs font donc toujours partie de l’expérience alimentaire des patients et ont une valeur symbolique liée à l’expérience sociale de chaque individu (Corbeau, 2008). Ces éléments nous indiquent que les interactions avec le personnel soignant sont fondamentales lors du service du repas à l’hôpital. En effet, une présentation adaptée du repas, un service soigné, ou bien encore une attention particulière portée au patient qui n’est pas qu’une personne malade, peuvent avoir un impact bénéfique sur l’état psycho-physique des personnes hospitalisées et ainsi redonner l’envie de manger.
Keywords : repas patient plaisir
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01135843
Contributor : Clémentine Hugol-Gential <>
Submitted on : Thursday, March 26, 2015 - 9:41:43 AM
Last modification on : Monday, April 8, 2019 - 11:22:04 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01135843, version 1

Citation

Clémentine Hugol-Gential, Agnès Giboreau, Anna-Claudia Ticca. Le patient gourmand, une identité possible ?. Goût et identité culturelle, Dec 2014, Dijon, France. ⟨hal-01135843⟩

Share

Metrics

Record views

220