Mics in the ears: how to ask people in Cairo to talk about their sound universes

Résumé : Est-il est possible de faire de l'ethnographie des environnement sonores reçus et produits au Caire (Égypte) ? Cette question faussement ingénue a reçu une réponse positive (Battesti 2009, 2012) : oui, il est possible de le faire, et oui, nous devons faire l'ethnographie des dimensions négligées de la relation -- qui est d'abord sensorielle -- à notre environnement écologique et social. Accorder un intérêt dans cette matière intangible, le son d'un lieu, requiert d'abord e la méthode. Ensuite, cela demande de retenir l'hypothèse de travail que les environnements sonores ne sont pas seulement le produit, comme un effet secondaire, des activités au sein du lieu (définition passive), mais aussi une construction collectif plus ou moins volontaire (définition active). La dimension sonore est un élément essentiel d'appréciation d'un quartier par ses usagers, et cette appréciation participe à la réification et la qualification des territoires de la ville. Pour se rapprocher de l'expérience quotidienne des paysages sonores de la ville des habitants du Caire, et pour faire face à l'une des principales difficultés à travailler sur l'expérience sensorielle comme anthropologues sociaux, Nicolas Puig et l'auteur ont mis en place une expérience depuis l'automne 2011, toujours en cours test. Ils ont demandé à différents habitants du Caire -- choisis parmi nos connaissances / informateurs pour l'instant -- de faire un trajet qu'ils font quotidiennement, mais équipés de microphones stéréo (type binaural) dans les oreilles. Ces trajets quotidiens, à son lieu de travail, de courses, etc., ont été géoréférencés. L'objectif est que les usagers des espaces publics mettent en mots les événements sonores ou des ambiances sonores (qu'ils ont reçus ou non, produits ou non). Chaque enregistrement est propre à à la personne qui l'a produit, en raison du trajet, de la forme de sa tête, de sa façon de se déplacer, d'interagir dans la rue... Nous espérons une verbalisation grâce à une sorte "d'écoute réactivée" : après leur trajet, les informateurs écoutent leur propre enregistrement et le commentent (et ces observations sont enregistrées, puis transcrites). Ce chapitre examine les tout premiers résultats de cette expérience (un article plus conséquents en exposera les résultats prochainement), expérience qui nous mène au-delà du silence habituel des Cairotes quand il s'agit de parler des sons. Elle vise également à une meilleure compréhension des marqueurs spécifiques de l'univers sensoriels, ainsi que les moyens et procédures spécifiques mis en œuvres par les Cairotes pour vivre les différents quartiers urbains... sans perdre de vue chacune des fortes personnalités de ces informateurs. Sons accompagnant le chapitre: https://soundcloud.com/vbat/sets/milson-routledge
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Christine Guillebaud. Toward an Anthropology of Ambient Sound, Routledge, pp.134-152, 2017, Routledge studies in Anthropology, 9781138801271
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [27 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01057584
Contributeur : Vincent Battesti <>
Soumis le : jeudi 1 juin 2017 - 14:42:43
Dernière modification le : samedi 3 juin 2017 - 01:08:52
Document(s) archivé(s) le : mercredi 6 septembre 2017 - 10:11:48

Fichier

Mics in the Ears, Toward an An...
Accord explicite pour ce dépôt

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-01057584, version 2

Collections

Citation

Vincent Battesti. Mics in the ears: how to ask people in Cairo to talk about their sound universes. Christine Guillebaud. Toward an Anthropology of Ambient Sound, Routledge, pp.134-152, 2017, Routledge studies in Anthropology, 9781138801271. 〈hal-01057584v2〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

77

Téléchargements du document

55