Mémento Santé Bâtiment - Qualité de l'air intérieur

Résumé : La qualité de l'air intérieur (QAI) constitue une thématique de santé environnementale dont l'enjeu sanitaire n'est désormais plus à démontrer. L'interdiction de l'amiante dans les bâtiments (1994), la création de l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur (2001), l'arrêté radon (2004), l'interdiction de fumer dans les lieux publics (2006), l'adoption du règlement européen REACH (2007), ou plus récemment l'entrée en vigueur de l'étiquetage obligatoire des caractéristiques d'émission des matériaux de construction/décoration (2012), sont autant de mesures qui témoignent de la prise de conscience du problème par les pouvoirs publics, et de la volonté forte d'agir pour réduire à brève échéance l'exposition des populations. Sans doute par l'effet conjugué de la médiatisation croissante d'un certain nombre de problèmes liés à la qualité de l'air intérieur, et de la publicité faite autour de produits destinés à l'améliorer (épurateurs, matériaux, systèmes de ventilation, ...), la question de la qualité de l'air dans les logements et sur les lieux de travail suscite dorénavant aussi un intérêt de la part du grand public et des acteurs de la construction. Ainsi, dans un sondage réalisé en 2008 par l'IFOP, 80 % des français se déclaraient préoccupés par la qualité de l'air intérieur, et 90 %, dont une majorité de femmes, établissaient un lien entre qualité de l'air dans leur logement et santé. Le même sondage révélait par ailleurs une augmentation régulière des demandes de conseil auprès des bureaux d'étude spécialisés pour la conception énergétique mais aussi sanitaire des ensembles de bureaux et des ERP. A ce sujet, il convient de rappeler que si l'accomplissement de bâtiments économes en énergie relève désormais de l'obligation réglementaire, ceci ne saurait se faire au détriment du confort et de la qualité de l'air offerte à leurs usagers. Le secteur de la construction entame en 2012 une mutation profonde par la systématisation des bâtiments basse consommation (BBC, c'est-à-dire consommant moins de 50 kWh d'énergie primaire par m2 et par an), qui ne bénéficiaient jusqu'à présent que d'un label distinctif, et une perspective d'instauration du bâtiment à énergie positive (BEPOS) comme standard réglementaire à l'horizon 2020. Outre l'intégration massive des énergies renouvelables, la réalisation de ces nouveaux objectifs réglementaires passe inévitablement par la généralisation de pratiques constructives visant l'efficacité énergétique - isolation, matériaux, étanchement, ventilation, récupération de chaleur, ... - qui peuvent aller à l'encontre de la santé et du bien être des occupants. Des garde-fous ont été posés pour ce qui concerne les conditions thermiques d'ambiance, comme par exemple une température intérieure conventionnelle à ne pas dépasser en été, mais, sans doute faute de données objectives et consensuelles, aucune mesure d'accompagnement de la RT2012 n'a été prise pour garantir une qualité de l'air satisfaisante aux usagers. Afin de ne pas dupliquer à grande échelle des pratiques qui pourraient à terme s'avérer nuisibles à la santé des usagers, mais au contraire pour poursuivre les efforts entrepris depuis plus de dix ans pour l'amélioration de la qualité de l'air dans les lieux de vie, il est indispensable d'intégrer la composante sanitaire dès la phase de conception du bâtiment. En dépit des zones d'ombre qui subsistent toujours sur les déterminants de la pollution de l'air intérieur, il ne fait en effet aucun doute que la clé de la réussite des politiques publiques mises en place dans le secteur du bâtiment est de concilier performance énergétique et qualité de l'air intérieur, alors que ces deux composantes apparaissent souvent comme étant antinomiques. Il s'agit là d'un véritable défi à relever pour tous les acteurs de la construction, auxquels s'adresse ce document. Sans prétendre à l'exhaustivité, le mémento fournit en premier lieu un certain nombre d'éléments utiles à la compréhension de la problématique et de ses enjeux. Il présente ensuite le cadre réglementaire actuel et à venir, ainsi que les méthodes et les outils disponibles, ou en cours de développement, pour effectuer un diagnostic de qualité de l'air et concevoir des bâtiments sains pour leurs occupants.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
LaSIE - Université de La Rochelle. Caisse des dépôts, pp.91, 2013
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [47 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01009964
Contributeur : Marc Abadie <>
Soumis le : jeudi 19 juin 2014 - 08:42:12
Dernière modification le : jeudi 7 février 2019 - 16:18:20
Document(s) archivé(s) le : vendredi 19 septembre 2014 - 10:45:36

Fichier

CDC_DD_batiments-santA_-02.04_...
Accord explicite pour ce dépôt

Identifiants

  • HAL Id : hal-01009964, version 1

Collections

Citation

Marc Abadie, Patrice Blondeau, Jérôme Nicolle. Mémento Santé Bâtiment - Qualité de l'air intérieur. LaSIE - Université de La Rochelle. Caisse des dépôts, pp.91, 2013. 〈hal-01009964〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

322

Téléchargements de fichiers

467