Scolastique française et mondes possibles

Résumé : À la fin du XVIe siècle en France, la théorie littéraire est stimulée par les relectures d'Aristote et de ses commentateurs, favorisant la prise de conscience du statut particulier de la littérature et des arts en tant que lieux de création d'objets fictifs. Il existe alors un aristotélisme instrumental extrêmement vivant, et une postérité tardive d'Aristote dans la théorie et la pratique des genres littéraires : pour l'élaboration du " concept poétique ", pour la théorie des tropes et des figures, pour la question du vraisemblable. Si la conscience de l'autonomie du signe écrit s'oppose au principe de bi-univocité entre graphème et phonème, à partir de la métaphysique aristotélicienne se confirme une conception " graphique " et visuelle du concept, notamment chez les scotistes et les terministes parisiens relayés par l'enseignement jésuite. Le vraisemblable effectue le lien entre la Poétique, la Métaphysique et l'Organon, construit la notion moderne de fiction et le cadre philosophique du roman baroque dont la maîtrise approche de la serendipity.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00847254
Contributor : Marie-Luce Demonet <>
Submitted on : Tuesday, July 23, 2013 - 10:53:45 AM
Last modification on : Wednesday, November 6, 2019 - 1:48:03 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00847254, version 1

Collections

Citation

Marie-Luce Demonet. Scolastique française et mondes possibles. Au-delà de la Poétique : Aristote et la Renaissance, 2000, Chicago, États-Unis. pp.139-160. ⟨hal-00847254⟩

Share

Metrics

Record views

152