Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

L'amphithéâtre de Cimiez

Résumé : L'amphithéâtre de Cemenelum - Cimiez à Nice, constitue avec les trois établissements de bains conservés, les seuls témoins architecturaux du chef-lieu de la province des Alpes Maritimae. Une opération archéologique récente a permis de réviser les dates de construction et d'agrandissement de l'édifice sur la base de l'étude de la céramique, d'une datation par radiocarbone et d'une analyse archéomagnétique des briques mises en œuvre dans le deuxième anneau de gradins. L'amphithéâtre de Cimiez est construit dans son intégralité en deux phases entre 70 et 85. La ville se dote ainsi de cet équipement de spectacle dans les décennies qui suivent son accession au droit latin concédé par Néron en 63. L'édifice continue à être modifié et entretenu jusqu'au IIIe siècle. En positionnant l'amphithéâtre dans l'histoire de la ville sur des bases chronologiques fiables, il est possible de réfléchir sur le contexte de sa construction. Constitué de deux anneaux de gradins concentriques érigés au cours de deux phases de construction différentes, il pouvait accueillir au total environ 4000 spectateurs. La modeste capacité de l'anneau initial avait conduit précédemment certains chercheurs à envisager qu'il pouvait s'agir d'un amphithéâtre militaire mais de nouveaux arguments viennent appuyer l'hypothèse d'une structure en bois complétant dès l'origine le premier anneau avant la construction de la structure maçonnée du second anneau, ce qui laisse penser qu'il était conçu pour accueillir un public plus large que les seuls légionnaires stationnés à Cemenelum. Le passage, au sud du premier anneau, de l'aqueduc souterrain de Mouraille approvisionnant la ville n'a pas été un obstacle à la construction du second anneau de gradins en structure maçonnée, car des dispositifs constructifs visant à protéger l'ouvrage ont été intégrés dans les fondations. Les solutions techniques et architecturales adoptées pour la construction de l'amphithéâtre, simples et peu coûteuses, sont en cohérence avec les dimensions restreintes de l'édifice et avec sa chronologie relativement précoce pour un édifice hors d'Italie. La taille du monument reflète sans doute aussi la modestie du nombre d'habitants et les limites des possibilités de financement locales, et s'adapte à l'exiguïté du plateau de Cimiez. Malgré ces contraintes, Cemenelum a voulu se doter en même temps que Rome et avant d'autres cités de la Narbonnaise voisine de ce monument de spectacle caractéristique de la romanité, et signe de son attachement aux valeurs qui y sont associées.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00657064
Contributor : Robert Thernot <>
Submitted on : Thursday, January 5, 2012 - 5:18:32 PM
Last modification on : Tuesday, May 12, 2020 - 1:46:05 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00657064, version 1

Collections

Citation

Robert Thernot. L'amphithéâtre de Cimiez. Fréjus romaine, la ville et son territoire ; agglomérations de Narbonnaise, des Alpes Maritimes et de Cisalpine à travers la recherche archéologique, 2010, Fréjus, France. pp.235 - 241. ⟨hal-00657064⟩

Share

Metrics

Record views

396