Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

VERS UNE GOUVERNANCE SOCIALE D'UN SERVICE PUBLIC URBAIN : LE CAS DE L'EAU A NANTES MÉTROPOLE

Résumé : La gestion durable de l'eau en milieu urbain sous-tend des enjeux technico-économiques (distribuer de l'eau saine au moindre coût), sociopolitiques (nécessité d'un service équitable et d'une bonne gouvernance) et environnementaux (protection du milieu aquatique). Les responsables locaux des services publics d'eau potable et d'assainissement sont tous confrontés à ces enjeux, à des degrés différents selon le contexte certes, mais conduisant au même questionnement : quelle organisation territoriale de l'eau serait adaptée à une telle gestion ? Le modèle adopté par Nantes Métropole pour ses services urbains et dans ses relations avec l'Agence de l'Eau via un contrat d'agglomération répond partiellement à cette problématique sans résoudre totalement le problème d'articulation entre les échelles du bassin versant, des réseaux et du politique ou de l'administration, ni celui de la prise en compte réelle du citoyen dans la politique locale de l'eau, volet développé dans la seconde partie de cette communication. Si la gouvernance des services urbains est un enjeu majeur pour les politiques locales, l'espace de la décision politique locale est extrêmement contraint. Au risque de caricaturer, le modèle de gouvernance qui s'est progressivement stabilisé peut être qualifié de « citadelle technique » : quelques choix majeurs sont réservés à la discrétion des élus, tandis que les opérateurs (privés ou publics) bénéficient pour le reste d'une large autonomie ; le système est poussé par une logique d'offre visant à satisfaire les besoins croissants d'habitants contenus dans un rôle d'usagers passifs. Dès lors, c'est un véritable défi de politisation qui est posé : entre le prolongement de la quotidienneté (service à l'usager) et le choix politique rare, comment met-on en place et fait-on vivre une instance de débat public ? L'analyse de deux cas de recours à la participation citoyenne contrastés nous permettra d'analyser les liens complexes entre gouvernance d'un service urbain, acceptabilité sociale et controverse socio-environnementale. En effet, le cas de la gestion de l'eau potable à Nantes Métropole montre comment l'absence de controverse sur un enjeu public requiert un fort volontarisme technico-politique pour « aller chercher » le citoyen et construire des « prises de participation ». A l'inverse, dans un contexte de crise, ces dernières sont brandies par les forces de la société civile. Dans ce cas de figure, les voyants de l'acceptabilité sociale passent au rouge de façon quasi systématique, comme c'est le cas pour un certain nombre de projets dans la gestion des déchets (incinérateurs, broyeurs...).
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00414258
Contributeur : Daniel Thevenot <>
Soumis le : mardi 8 septembre 2009 - 14:42:49
Dernière modification le : vendredi 23 octobre 2020 - 16:35:59
Archivage à long terme le : : mardi 15 juin 2010 - 21:34:44

Identifiants

  • HAL Id : hal-00414258, version 1

Collections

Citation

Clémence Bedu, Julie Niederlaender. VERS UNE GOUVERNANCE SOCIALE D'UN SERVICE PUBLIC URBAIN : LE CAS DE L'EAU A NANTES MÉTROPOLE. VERS UNE GOUVERNANCE SOCIALE D'UN SERVICE PUBLIC URBAIN : LE CAS DE L'EAU A NANTES MÉTROPOLE, May 2008, Créteil, France. ⟨hal-00414258⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

379

Téléchargements de fichiers

422