Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

ORPAILLAGE ET CONSTRUCTION DE BARRAGES EN GUYANE FRANÇAISE, UNE ALCHIMIE RISQUEE

Résumé : Le 28 février 2005, la Charte de l'Environnement est adoptée par le Parlement français et promulguée le 1er mars 2005 par le Président de la République. L'article premier stipule que " chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé ". Or, ces dernières années ont vu les services de l'Etat (DIREN, InVS, ONF, etc.) et certains acteurs politiques prendre conscience du désordre régnant dans les méthodes d'exploitation de l'or en Guyane Française et des conséquences de l'exposition au mercure (Hg) pour la santé et l'environnement. Il était temps! Sur l'ensemble de la Guyane on compte 2 compagnies internationales, 26 PME, 60 artisans et 600 à 800 chantiers illégaux d'orpaillage. On (sous)estime ainsi que l'orpaillage illégal emploie près de 10 000 personnes souvent dans des conditions sanitaires déplorables et participe chaque année au rejet direct de 5 à 10 tonnes de mercure dans l'environnement. Alors que les stocks sont estimés à 120 tonnes d'or primaire, les orpailleurs professionnels guyanais admettent un rapport de 1,3 grammes de mercure additionné pour 1 gramme d'or produit. Cependant, les importations de mercure et la production déclarée d'or ne correspondent guère (respectivement 8,4 et 3,2 tonnes en 2003)! Ce mercure d'origine anthropique, d'une part a réalisé des stocks historiques énormes (300 tonnes selon le BRGM) et d'autre part se partage le terrain avec un mercure naturellement important (10 fois plus concentré qu'en Europe), partiellement libéré par l'activité d'extraction minière. C'est pourquoi, l'abandon du mercure légal dont l'interdiction est survenue en 2006, ne règle ni la question de l'orpaillage illégal ni celle de la remobilisation du mercure naturel. C'est dans ce contexte préoccupant qu'a été initiée en 2003 la phase II du programme " Mercure en Guyane ". L'axe II de la phase II du programme (incluant notre projet de recherche) a pour vocation d'étudier le cycle biogéochimique du mercure depuis les sources d'émission jusqu'aux voies de transfert vers les populations humaines. Il a pour cadre géographique le continuum formé par la retenue de Petit-Saut et l'Estuaire du Sinnamary. Le travail effectué s'est attaché à analyser l'impact de la retenue sur le cycle du mercure dans les compartiments sols, eau et atmosphère du continuum. Il a permis d'identifier, de décrire et de quantifier les sites privilégiés de transformation, les cinétiques des processus et les flux de mercure aux interfaces.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00414234
Contributeur : Daniel Thevenot <>
Soumis le : mardi 8 septembre 2009 - 14:12:37
Dernière modification le : mercredi 4 septembre 2019 - 13:52:16
Archivage à long terme le : : mardi 15 juin 2010 - 23:20:34

Identifiants

  • HAL Id : hal-00414234, version 1

Citation

Bogdan Muresan. ORPAILLAGE ET CONSTRUCTION DE BARRAGES EN GUYANE FRANÇAISE, UNE ALCHIMIE RISQUEE. ORPAILLAGE ET CONSTRUCTION DE BARRAGES EN GUYANE FRANÇAISE, UNE ALCHIMIE RISQUEE, May 2008, Créteil, France. ⟨hal-00414234⟩

Partager