Sociologie de la traduction, textes fondateurs.

Résumé : Au début des années 80, un groupe de chercheurs de l'école des mines se penche sur un aspect du monde contemporain négligé par les sciences sociales : les sciences et les techniques. Comment sont-elles produites? Comment leur validité ou leur efficacité sont-elles établies ? Comment se diffusent-elles ? Comment contribuent-ils à transformer le monde ? Ces travaux donnent naissance à une approche aujourd'hui reconnue : la sociologie de la traduction, dite aussi théorie de l'acteur réseau, avec ses concepts clefs, la traduction, l'intéressement, le script, la controverse, etc. Cette théorie est si féconde que les sciences sociales mobilisent désormais très largement ses concepts, mais aussi ses règles de méthodes et ses outils de travail. Or, nombre de ses textes fondateurs n'étaient pas ou plus disponibles en français. En rassemblant des textes de trois de ses pionniers, Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, on permettra au lecteur de comprendre les développements de la sociologie de la traduction et la manière dont elle a interrogé le lien social, les machines, les objets, les usagers, les pratiques scientifiques.
Document type :
Books
Complete list of metadatas

https://hal-mines-paristech.archives-ouvertes.fr/hal-00397086
Contributor : Madeleine Akrich <>
Submitted on : Friday, June 19, 2009 - 3:01:31 PM
Last modification on : Monday, November 12, 2018 - 10:54:20 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00397086, version 1

Citation

Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour. Sociologie de la traduction, textes fondateurs.. Presses de l'Ecole des Mines, pp.304, 2006. ⟨hal-00397086⟩

Share

Metrics

Record views

1634