HYPOTHÈSES SUR L'ORIGINE DES BRUITS DU CŒUR ET DES ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION EN PLONGÉE : LA CAVITATION. HYPOTHÈSE SUR L'ORIGINE DE LA FERMETURE DES VALVES CARDIAQUES : LE RETARD A LA FERMETURE DES VALVES (COUP DE CLAPET) ET LE PHÉNOMÈNE DE VENTOUSE.

Richard Venet 1, *
* Corresponding author
Résumé : Nous avons proposé, dans un travail antérieur, l'hypothèse d'un phénomène de cavitation à l'origine des bruits de Korotkoff. Encouragés par l'aphorisme de MacDonald comme quoi le phénomène de cavitation est plus fréquent qu'on peut le penser dans le système cardio-vasculaire, nous avons appliqué la théorie de Womersley aux enregistrements hémodynamiques exposés dans la littérature médicale. L'enregistrement simultané des pressions du ventricule gauche (PVG), de l'aorte (PAo) et de l'oreillette gauche (POG) nous ont permis de calculer la différence de pression deltaP avec deltaP=PVG-PAo et deltaP=PVG-POG. Les différents enregistrements de la deltaP et la connaissance de l'algorithme de Womersley permettent de proposer le phénomène de cavitation pour expliquer les bruits d'ouverture et de fermeture du cœur en engendrant un" clic " de grande énergie pouvant être à l'origine, en partie, de l'hémolyse physiologique. Ce phénomène de cavitation est dû au retard à la fermeture des valves cardiaques aortiques ou pulmonaires. Il s'agit dans notre théorie d'une cavitation hydraulique par "déchirure du liquide" et non pas une cavitation hydrodynamique par forte vitesse. La cavitation entraîne à son tour un phénomène de ventouse qui facilite l'ouverture de la valve mitrale pour la fermeture des valves aortiques ou de la valve tricuspide pour les valves pulmonaires. La forme de la deltaP en fonction du temps est analogue à la courbe d'un matériau adhésif au cours d'un test de tack. Rappelons que le phénomène de cavitation est fréquent en rhumatologie pour expliquer les craquements articulaires. Enfin l'analyse de la courbe de la deltaP durant la diastole rejette l'hypothèse de la genèse des bruits diastoliques B3 ou B4 par un phénomène de décélération. Par contre elle précise la coïncidence des bruits avec les pics des vitesses E et A du flux transmitral, ce qui permet de proposer une théorie du choc d'un prisme (le sang) contre une plaque déformable localement (le myocarde). Cette théorie est empruntée au travail de Bergeron sur la théorie des coups de bélier en hydraulique, permet de mettre en évidence le rôle de deux paramètres essentiels sur l'apparition des bruits diastoliques : la vitesse maximum du pic E ou A du flux transmitral. (Vmax ) et l'élasticité (E). Les bruits B3 et B4 reflètent l'élasticité du myocarde et donc le vieillissement du cœur. Enfin les travaux de Hennessy sur les accidents de décompression lors de la plongée sous-marine confirment notre théorie sur la formation de bulles de cavitation à l'origine des bruits du cœur. Un document récent d'une société de pompes est en faveur de notre hypothèse. Récemment une documentation interne sur le coup de clapet par rupture de la colonne liquidienne vient confirmer notre hypothèse.
Document type :
Preprints, Working Papers, ...
2012


https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00308131
Contributor : Richard Venet <>
Submitted on : Sunday, September 30, 2012 - 5:32:37 PM
Last modification on : Wednesday, October 3, 2012 - 3:24:57 PM

Files

cavitation_valves.pdf
fileSource_public_author

Identifiers

  • HAL Id : hal-00308131, version 6

Collections

Citation

Richard Venet. HYPOTHÈSES SUR L'ORIGINE DES BRUITS DU CŒUR ET DES ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION EN PLONGÉE : LA CAVITATION. HYPOTHÈSE SUR L'ORIGINE DE LA FERMETURE DES VALVES CARDIAQUES : LE RETARD A LA FERMETURE DES VALVES (COUP DE CLAPET) ET LE PHÉNOMÈNE DE VENTOUSE.. 2012. <hal-00308131v6>

Export

Share

Metrics

Consultation de
la notice

131

Téléchargement du document

30